Échinacée- Protège naturellement votre système immunologique

Échinacée- Protège naturellement votre système immunologique

L’échinacée est bien connue dans le monde de la médecine naturelle pour avoir des propriétés immunostimulantes.

L’échinacée (echinacea) a acquis une grande importance dans les domaines de la diététique et de la phytothérapie depuis quelques décennies, se positionnant comme l’un des remèdes naturels les plus efficaces dans un domaine où la concurrence est immense.

En fait, le début de sa participation à la médecine traditionnelle doit être daté du début du XXe siècle. Et maintenant, il existe de très nombreuses préparations à base d’échinacée que l’on peut trouver sur le marché, en faisant partie intégrante de l’intégrité de la plante, de la racine, des fleurs, de la tige, des feuilles et des graines.

Mais qu’est-ce que l’échinacée?

C’est une belle espèce herbacée, semblable à la marguerite, qui diffère de la marguerite par la taille plus grande de sa fleur et par la rugosité et la présence de petites épines de sa tige.

Fleur échinacée

De plus, ses disques floraux, qui ont un aspect tubulaire et ont généralement des épines terminales, ont des langues étroites violettes. Son nom vient du mot grec echinos, qui signifie hérisson, probablement appliqué en raison de la similitude de ses fleurs et de ses fruits avec cet animal.

Un membre de la famille des Asteraceae, quand on parle de Echinacea, il s’agit en réalité d’un vaste catalogue de 23 espèces, dont 13 ne sont pas considérées comme propres à la consommation humaine. Et parmi les dix sélectionnées, trois d’entre elles représentent la quasi-totalité de la demande : Pallida, Angustifolia et Purpurea. Echinacea purpurea est probablement la plus utilisée en raison des propriétés de cette plante pour la prévention de maladies et traitement d’infections.

D’où vient-elle ?

Ses origines remontent à la partie orientale de l’Amérique du Nord, où il semble qu’au XVIIIe siècle, sa consommation était répandue parmi la population autochtone, bien que des preuves de son utilisation naissante par les Sioux aient été trouvées dès le XVIe siècle. Sous forme de cataplasme, de rinçage et de thé, ils l’utilisaient pour préserver leur santé des rigueurs de l’hiver.

On sait aussi qu’ils croyaient en l’échinacée pour traiter les plaies infectées et comme antidote contre les morsures de serpent ((spécialement la variation Echinacea purpurea). Il y a encore ses principaux habitats de développement, en particulier les plaines, les prairies et les collines de sable calcaire, où elle prolifère spontanément.

Échinacée de couleur rouge

Comment cultiver l’échinacée

Bien que le climat tempéré soit plus favorable à son développement optimal, l’échinacée a une résistance extraordinaire aux conditions thermiques extrêmes, puisqu’elle survit sous des gelées persistantes et aussi dans les étés chauds du climat continental. Par contre, elle lui sont très hostiles les climats nordiques caractérisés par un brouillard persistant et des jours de pluie fréquents.

En ce qui concerne les caractéristiques du sol, elle est plus rigoureuse dans ses exigences que en ce qui concerne au climat, puisqu’elle ne pousse que dans des sols argileux et poreux avec une bonne capacité de rétention d’eau. En effet, un sol loameux ou compact est tout à fait inadapté à la culture de l’échinacée, ce qui constitue un sérieux obstacle à l’enracinement dans ce type de sol.

En ce qui concerne l’irrigation, bien qu’elle puisse résister à la sécheresse, il est conseillé de maintenir un certain niveau d’humidité constante pour qu’elle prospère bien, mais à l’autre extrémité du spectre, il est important de ne pas abuser de l’irrigation, car elle finit par pourrir les racines.

Semailles

La façon habituelle de créer des plantes pour l’ensemencement est de déposer les graines superficiellement, au début du printemps, dans un sol préalablement conditionné avec de la tourbe, en s’assurant que le drainage est adéquat. Ces graines doivent être finement protégées par une couche de sable, sans être enterrées.

Il est important de respecter une distance minimale d’environ 30 cm entre les graines, ainsi qu’entre les gouttières, qui sont séparées d’environ 45 cm.

On peut s’attendre à une germination dans les 15-20 jours, à condition de maintenir une température moyenne de 25 °C, et une fois atteinte, la transplantation doit attendre au moins un mois et demi pour assurer sa viabilité. Mais il n’existe pas seulement cette méthode pour la reproduction de l’échinacée. En particulier, il y en a un intéressant qui est de division racinaire, dont le moment idéal est l’automne, où l’on manipule des plantes entre 3 et 5 ans, dont les racines sont coupées en morceaux de 12 centimètres, de chacune desquels naît un nouveau spécimen.

Échinacée pour le système nerveux

L’échinacée comme stimulant immunologique

Nous parlons de ce qui est probablement l’espèce végétale la plus élaborée parmi celles qui ont des propriétés médicinales pour stimuler le système immunitaire.

En fait, elle est soutenue par de nombreux tests de laboratoire qui ont mis en évidence son effet promoteur clair sur la production de lymphocytes T (la fraction de globules blancs les plus impliqués dans la neutralisation des agents envahisseurs) et de l’interféron (une protéine à action non spécifique qui réagit aux antigènes viraux).

Mais ce n’est pas la fin de son rôle dans le système immunitaire, qui est sans doute sa vertu la plus caractéristique. Elle est considérée comme un agent immunomodulateur, c’est-à-dire un agent qui régule la réponse du système, ce qui signifie qu’elle envoie des stimulus à l’action des macrophages, des cellules géantes capables d’inclure des corps étrangers et de les détruire, ainsi que de renforcer le tropisme (tendance) des cellules défensives à se déplacer vers les points où elles doivent combattre une infection.

Propriétés immunologiques

Ces propriétés s’expliquent par la richesse de la racine de la plante en trois substances, l’échinacine, l’acide caféique et l’acide chicorique, qui sont de puissants stimulants pour la fabrication de globules blancs dans la moelle osseuse entre autres vertus :

  • L’acide caféique, dont la présence est largement répandue dans le royaume végétal en tant que composant clé dans la synthèse de la lignine (une substance d’enrobage de nombreuses cellules à laquelle la consistance du bois est due), est un puissant antioxydant qui protège contre le cancer.
  • L’acide chicorique partage avec l’acide caféique la propriété de prévenir le stress oxydatif, mais semble aussi diminuer l’accumulation des protéines bêta-amyloïdes dont le rôle dans le développement de la maladie d’Alzheimer est important.

Des recherches récentes suggèrent qu’il existe une forte possibilité que l’échinacée puisse avoir un mécanisme par lequel une grande partie de son efficacité immunologique se justifie. C’est sa capacité à contrecarrer l’action de l’enzyme hyaluronidase, qui provoque la perte de la fermeté caractéristique de l’acide hyaluronique, la substance qui agit comme un agent cimentaire dans les espaces entre les cellules. En évitant ce phénomène, il contribuerait à préserver une barrière immunitaire naturelle des tissus, l’acide hyaluronique.Échinacée pour la migraine

Conclusion

Le pouvoir stimulant du système immunitaire de l’échinacée,  joue un rôle exceptionnel en tant qu’adjuvant à son traitement, car ce sont des maladies associées à des situations de faiblesse immunitaire de l’organisme. Parmi eux, nous pouvons souligner :

  • Herpès
  • Candidose vaginale
  • Cystite et urétrite
  • Psoriasis
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Infections
  • Migraines
  • Stye (infection d’un follicule pileux dans les cils)
  • Maladies sexuellement transmissibles (SIDA, gonorrhée, syphilis et gonorrhée).
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), rhume des foins et sinusite.

Avantages de l’Échinacée

Les bienfaits de l’échinacée sont largement soutenus par la principale autorité sanitaire mondiale, l’Organisation Mondiale de la Santé, ainsi que par d’autres organismes réputés tels que l’ESCOP (European Scientific Cooperative On Phytotherapy) et la Commission E Allemande, qui l’ont classée comme un antibiotique naturel de premier choix dans le traitement des processus infectieux, en particulier ceux liés aux voies respiratoires, aux voies urinaires et à la peau.

La base scientifique de cette considération est fournie par l’échinacoside, un antibiotique naturel dont la gamme de germes sous son contrôle est comparable à celle de la pénicilline et d’autres antibiotiques à large spectre.

La composition de l’échinacée en principes actifs thérapeutiques ne serait pas complète sans faire allusion à la présence d’arabinogalactane, un glucide complexe dont la recherche récente a montré qu’il est un facteur de destruction des cellules cancéreuses.

L’utilisation la plus courante et la plus populaire de l’échinacée est de prévention et combattre les symptômes du rhume, principalement la fièvre, la production de mucus et la toux, agissant comme expectorant, antipyrétique et anti-inflammatoire, accélérant ainsi le processus de guérison.

Échinacée pour les lésions sportives

Échinacée dans le sport

Son grand pouvoir anti-inflammatoire lui confère également un excellent ajustement dans le traitement des blessures sportives et traumatiques en général, de préférence pour les tendinites et les bursites (inflammation de la poche articulaire).

C’est un expectorant, aide à combattre deux maladies graves, le paludisme et la diphtérie, et est conseillée pour ceux qui souffrent d’hyperactivité avec déficit de l’attention et du syndrome de fatigue chronique. Enfin, on dit qu’elle a un certain succès en tant qu’amplificateur de défense dans les cas de patients subissant une radiothérapie et une chimiothérapie dans le contexte d’affections cancéreuses.

Contre-indications et effets secondaires de l’échinacée

Bien qu’il s’agisse d’un remède naturel, pour prendre la décision de consommer cette plante, la supervision d’un professionnel tel qu’un médecin conventionnel, un naturopathe ou un homéopathe ne doit pas être évitée.

L’Agence Européenne des Médicaments pour les plantes médicinales rapporte peu de situations dans lesquelles l’échinacée peut devenir un ennemi :

  • Chez les enfants de moins de douze ans, elle peut provoquer des réactions allergiques, qui se manifestent sous forme d’urticaire et d’éruptions cutanées dans les cas les plus bénins, et d’un trouble du système immunitaire généralisé, d’œdème de glotte ou d’asthme dans les cas les plus intenses.
  • Les personnes allergiques aux plantes liées à l’échinacée, celles liées à la famille des marguerites, sont plus enclins aux réactions allergiques de l’échinacée, ainsi que celles qui souffrent d’asthme chronique ou d’une tendance congénitale à l’hypersensibilité.
  • Les nausées et certains problèmes gastriques sont parmi les effets secondaires les plus fréquemment signalés après l’ingestion d’échinacée. Par conséquent, si vous avez des nausées ou des vertiges après l’avoir consommé, il est prudent d’arrêter de le prendre et de consulter votre médecin.
  • Sensation de raideur de la langue et de sécheresse de la bouche accompagnée d’un certain goût étrange.
  • Insomnie.
  • Il n’est pas recommandé chez les patients atteints d’insuffisance hépatique, ainsi que chez les femmes pendant la grossesse et l’allaitement.
  • Des précautions doivent être prises si du café, des médicaments pour l’élimination des voies biliaires ou des immunosuppresseurs (comme les corticostéroïdes) sont pris en même temps, car des interactions négatives peuvent se produire.

Une bonne façon d’éviter les effets secondaires est d’éviter de prolonger le traitement à l’échinacée pendant plus de deux mois au maximum, et il est fortement recommandé de prendre une pause d’une ou deux semaines, puis de reprendre le traitement.

Crème à base d'échinacée

Comment prendre de l’échinacée

Comme toutes les parties de la plante peuvent s’utiliser pour la préparation de préparations thérapeutiques, nous pouvons trouver des formulations sous forme d’extrait sec ou fluide, de capsules, de teintures et de perfusions. En outre, en se concentrant sur son utilisation topique, il ya des lotions, crèmes et pansements.

Comme il s’agit d’un puissant agent de guérison, le jus ou la teinture d’échinacée fraîche, appliquée localement sur la peau, a généralement des effets curatifs remarquables dans les cas de blessures, ulcères, brûlures, hémorroïdes, piqûres d’insectes, furoncles, abcès, acné, psoriasis et herpès.

Son administration sous forme liquide produit une sensation de picotement typique dans la bouche mais sans danger, bien au contraire, car elle montre la qualité de la préparation.

En ce qui concerne les teintures, la dose recommandée varie entre 30 et 60 gouttes trois fois par jour si elles sont traitées sous forme liquide, et entre un demi-gramme et un gramme si l’on parle de forme solide. Ceux dont le poids corporel dépasse 75 kg devraient augmenter la dose d’une prise pour chaque tranche supplémentaire de 25 kg.

Il convient également de noter que, bien que la consommation de plantes sèches ne soit pas découragée, il est préférable, pour des raisons de sécurité, d’utiliser des compléments normalisés.

Infusion d’échinacée

La façon la plus artisanale de prendre l’échinacée est de la préparer en infusion, parfaite pour l’automne et l’hiver.

Nous n’aurons besoin que de deux cuillères à soupe d’échinacée et d’une tasse d’eau :

  • Mettre de l’eau à bouillir
  • Une fois que c’est fait, nous ajoutons les deux cuillères à soupe d’échinacée et laissons bouillir quelques minutes.
  • Retirer et laisser reposer entre 3 et 5 minutes
  • Prêt à servir et prendre

Infusion d'échinacée

Traitement avec échinacée

  • Rhume, problème de gorge ou bronchite: un gramme par jour de complément d’échinacée en 5 prises.
  • Sinusite: 800 mg par jour repartis en 5 prises
  • Infections du tube urinaire, comme la cystite ou l’urétrite, 800mg quotidiens répartis en 4 prises.
  • Infections de l’oreille et de l’orgelet: deux tasses d’infusion et une cuillère de plante sèche par tasse d’eau, ou comme complément de 600mg quotidiens, répartis en trois prises.
  • Pendant la récupération de maladies ou chirurgie et pour le syndrome de la fatigue chronique ou l’asthénie du printemps, une dose de 600mg répartis en trois prises augmente les défenses de l’organisme.
  • Cas de gastroparésie ou « Estomac paresseux » ou bouche sèche: stimule l’appétit en augmentant la quantité de salive, favorisant ainsi la digestion. C’est suffisant avec deux tasses quotidiens d’une infusion d¡une cuillère de plante par tasse d’eau ou par 3 prises de 600mg de complément.
  • Tendinite et bursite, avec le même traitement que le cas précédent.

Que combiner avec l’échinacée

Propolis

Substance extraite des ruches, très utile pour prévenir des rhumes mais aussi pour les traiter. Grâce à son action anticatabolique et antigripale, elle est indiquée pour les infections respiratoires, grâce principalement à la présence de flavonoïdes qui favorisent les défenses. Il faut aussi savoir que ses effets anti-inflammatoires et anesthésiques, lui font être une bonne alternative pour combattre la sinusite, la laryngite, le mal de gorge de l’aphonie.

Griffe de chat

En raison de l’action anti-inflammatoire de ses glycosides et terpènes, la griffe de chat est très célèbre par son efficacité dans la récupération d’allergies, oèdemes, arthrites, cystite, goûte, hémorroïde ou prostate. D’autre par, elle contient des alcaloïdes, des épicatéchines et de l’acide chlrorogénique, toutes des substances inhibitrices dans le développement de tumeurs.

Utiliser la griffe de chat permet une synergie très intéressante avec l’échinacée, dans le renfort et le contrôle de l’inflammation des tissus..

Guimauve

 

Il s’agit d’une autre plante immunostimulante, qui nous apporte une augmentation de la force des globules blancs pour freiner la multiplication de microorganismes. Une combinaison d’échinacée avec de la guimauve apporte une action qui favorise la cicatrisation des plaies, qui combat les inflammations des voies respiratoires et les prossesus d’infection, spécialement ceux des voies urinaires et de la cavité orale, ainsi que les affections cutanées comme celles provoquées par des champignons ou la proriasis.

Gayuba

Une combinaison idéale pour combattre la cystite, en profitant la spécificité de la gayuba comme antiseptique urinaire.Cependant, il n’est plus efficace que lorsque l’urine est aussi alcaline que possible, ce qui rend souhaitable d’ajouter au mélange une substance alcalinisante telle que le bicarbonate.

Sources Bibliographiques

Articles associés au sujet:

Estimation de l'Échinacée

Stimulant immunologique - 100%

Pour le sport - 100%

Comment le prendre - 99%

Efficacité - 100%

100%

Évaluation HSN: 5 /5
Content Protection by DMCA.com
Voir Aussi
Kale
Kale ou Chou Frisé – Les Secrets d’un Aliment riche en Nutriments

Le Kale ou Chou Frisé est une légume qui a gagné en notoriété et en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *