Thé kombucha – Un probiotique exceptionnel

Thé kombucha – Un probiotique exceptionnel

Le kombucha est une boisson fermentée à base de thé ou infusion sucrée. La fermentation est obtenue à travers la culture de bactéries et levures, qui la font être une boisson avec une large gamme de vitamines, enzymes, minéraux et acides organiques essentiels.

Qu’est-ce que le kombucha?

Les aliments et les compléments alimentaires probiotiques se caractérisent parce que dans sa composition se trouvent des ingrédients très particuliers: bactéries ou champignons de genres et espèces adaptogènes, c-à-d, inoffensifs, dont la fonction dans l’organisme est de s’adhérer au tractus intestinal, où ils jouent une tâche très avantageuse.

Grosso modo, nous pouvons attribuer aux probiotiques la capacité de combattre de divers troubles digestifs, y compris le cancer colorectal, renforcer la fonction immunitaire, prévenir les infections de l’appareil urinaire, et même régules les niveaux de cholestérol circulant dans le sang. Comme vous pouvez le voir, ce sont des composants à considérer au moins dans la nutrition et le médecine.

Sur cet article, nous allons approfondir sur un qui est devenu célèbre récemment. Le kombucha. Nous pouvons le considérer comme une boisson probiotique, car pour son élaboration participent une série de microorganisme, qui restent inaltérés dans la composition finale du produit.

En approfondissant sa description et en gardant à l’esprit que, comme on le verra, il admet quelques variantes, il s’agit d’une boisson à base de thé noir sucré comme matière première de base, avec un bouquet mélangé entre acidité et douceur obtenu grâce à l’action exercée sur le thé par une série de souches sélectionnées de bactéries et champignons.

Propriétés du kombucha

Source d’hydratation

Tout d’abord il convient de rappeler que le kombucha est une boisson, ce qui lui donne un rôle important comme source d’hydratation pour l’organisme. En deuxième, comme conséquence de la fermentation et de sucrer le thé noir comme matière première originale, vous devez considérer le kombucha comme une source appréciable de sucres (qui supposent entre le 5 et 13% de sa composition), accompagné d’un petit degré d’alcool (environ 1 et 3,5 grammes par litre).

Et nous compléterons cette première approximation de sa composition chimique en mentionnant que parce qu’il provient généralement du thé vert (en gardant à l’esprit la possibilité de le remplacer par du thé vert et même par une autre matière première), il possède des polyphénols, cette famille de composés exclusive au règne végétal dont le signe commun d’identité est de garder un puissant pouvoir antioxydant. Dans le cas du kombucha, il doit y avoir une légère diminution due à la fermentation, ce qui n’empêche pas que le produit final représente un excellent lot [4].

La fermentation, de la quelle nous parlerons plus tard, se réalise à travers d’un conglomérat d’espèces microbiennes connues comme medusomyces gisevi et a besoin d’une période d’entre 7 et 12 jours, manquant des exigences spéciales de température, préférant la température ambiante.

Il s’agit d’un phénomène biologique de grande importance dans les caractéristiques de cette boisson; en plus, elle permet un peu de manœuvre, ce qui peut nous donner un produit plus acide ou plus sucré. Plus long est le processus de fermentation, plus acide sera la boisson.

Un peu d’histoire à propos du kombucha

Tout au long de son parcours historique, il a reçu jusqu’à une centaine d’appellations, parmi lesquelles, champignons du thé, du thé kvass, champignons de Mandchourie, kambotscha, le Champignon de Longue Vie et champignons immortels.

Les premières références à la consommation du kombucha remontent à 221 av. J.-C., au temps de la Chine impériale dominée par la dynastie Tsin, où il devient populaire comme « élixir de vie » une fois ses effets spectaculaires sur l’organisme mis en évidence.

Historiquement, sa consommation était limitée à un échantillon minoritaire de la planète, en particulier la Chine, la Russie et l’Allemagne, mais au cours des dernières décennies, elle a connu une poussée mondiale, en particulier en raison de sa popularisation aux États-Unis, où elle a été largement connue pour les effets médicinaux de sa consommation régulière..

Élaboration kombucha

Processus d’élaboration Scoby

Dans la plupart des cas, le substrat pour l’élaboration est le thé noir sucré, soumis à un processus particulier de fermentation où intervient le connu comme Scoby (acronyme de Symbiotic Culture of Bacteria and Yeasts, dont la traduction est culture symbiotique de bactéries et levures). Nous pourrions le décrire comme une pâte un peu gélatineuse, que par son aspect et couleur nous rapelle à une crêpe dure. D’un coté, la surface externe rentre en contact avec l’oxygène, et l’interne avec le thé, qui déclenche la fermentation de celui-ci, libérant ses micro organismes à la composition.

En réalité, c’est la substance qui favorise la transformation du thé sucré en aliment probiotique, sans laquelle il n’aurait pas lieu. Faire une similitude avec la production de kéfir, peut être considéré comme équivalent à la culture de ce dernier, seulement qu’au lieu de remplir sa fonction immergé dans le liquide, le scoby du kombucha le fait flotter.

Bien que, comme nous l’avons dit, le milieu liquide traditionnellement utilisé pour la production du kombucha ait été le thé noir, certaines entreprises ont introduit de nouvelles techniques de production à partir d’un scoby étranger, à tout type de thé, obtenant des résultats organoleptiques satisfaisants. En particulier, les lignes de production ont été utilisées avec différents fruits et légumes, comme le jus de carotte, qui, grâce à ses degrés Brix élevés (mesure qui détermine la quantité de matière sèche, généralement des sucres, dissoute dans un liquide), a rendu possible une fermentation sans addition de sucre.

Souches de scoby

Nous devons préciser que la culture des scoby sont de composition irrégulière, car tous ne contiennent pas les mêmes souches microbiennes. Cependant, voici les plus déterminantes:

  • Acetobacter xylinoides et ketogenum: ce sont deux espèces de bactéries strictement aérobies (qui se reproduisent seulement dans un environnement avec de l’oxygène), de présence constante au scoby et dont l’apport à la culture sont l’acide acétique et le gluconique. Parmi ces fonctions, se trouve celle de construire le champignon.
  • Saccharomyces: est un genre de levure qui synthétisent l’alcool comme métabolite de la fermentation qui mènent, très connues par son rôle dans la production de bière. Ce sont les types de levures le plus communes dans le scobye et, entre autres, il comprend les espèces saccharomyces cerevisiae, ludwigii, apiculatus et schizosaccharomyces pombe (celle-ci appartenant à un genre très proche).
  • Lactobacillus: est un genre de bactéries aérobies productrices de l’acide lactique qui ne se trouve pas toujours dans le kombucha.
  • Pediococcus: genre de bactéries anaérobies aussi productrices de l’acide lactique, mais dont la présence est inconstante.
  • Gluconacetobacter kombuchae: bactérie anaérobie propre du kombucha. Elle se nourrit de l’azote contenu dans le thé et forme comme métabolites, de l’acide acétique et gluconique.
  • Zygosaccharomyces kombuchaensis: espèce de levure aussi exclusive du scoby de kombucha. Elle produit de l’alcool et un effet effervescent et comme la bactérie précedente, contribue à la formation du champignon
  • Brettanomyces bruxellensis: Une autre espèce de levure d’apparition inconstante dans le kombucha, qui fournit à la culture de l’alcool et de l’acide acétique.
  • Nous pouvons compléter cette liste en nommant les bacterium xylinum, gluconicum, xylinoides y katogenum, pichia fermentans et candida stellata.

Enrichissement nutritionnel

Cette transformation fermentative est accompagné d’un enrichissement du milieu en vitamines (principallement celles du groupe B et la C), acides aminés, enzymes et quelques acides organiques, spécialement le glucuronique (un puissant détoxifiant), le lactique (eupeptique, c-à-d, qui facilite la digestion, et améliore la circulation sanguine) et l’acétique (un antibiotique).

Kombucha et santé de l'organisme

Les avantages et les propriétés du kombucha: un pari certain pour la santé

Avant de traiter pleinement l’eventail de propriétés et avantages qui font du kombucha une référence diététique, nous nous rappellerons qu’étant une boisson élaborée avec du thé elle contient une certaine quantité de théine (un stimulant semblable à la caféine), donc si vous êtes susceptibles aux boissons stimulantes vous devez savoir que prendre du kombucha à partir de midis, ou à n’importe quelle heure si vous le prenez à fortes doses, peut nuire la qualité du sommeil.

Un vertu des boissons fermentées non laitières, que le kombucha partage avec, par exemple, avec le kefir d’eau,réside peut-être dans le fait d’être le type d’aliment le mieux doté dans son état de probiotiques, car lorsque ses microorganismes sont transportés par l’eau, l’attaque causée par le milieu acide de l’estomac est significativement minimisée, laissant un pourcentage élevé d’entre eux viable à l’arrivée dans l’intestin grêle.

Comme probiotique, sans doute le rôle principale du kombucha dans l’organisme, son effet direct est celui d’enrichir la flore microbienne et réguler le transit intestinal, renforcant le système immunitaire à niveau local, l’une des premières et plus actives barrières défensives que l’organisme a contre les agents externes.

Aide principale à l’organisme

Mais son action la plus immédiate après son entrée dans l’organisme est sa contribution au bon fonctionnement du système digestif. Les acides et les enzymes produits par les microorganismes du scoby et auxquels nous avons déjà fait allusion sont essentiels. Et c’est précisément que les principaux bienfaits nutritionnels de cette boisson sont liés à sa richesse en acides organiques. L’une des priorités est la glucuronique, qui joue un rôle notable dans le catabolisme en accélérant l’excrétion des toxines.

L’acide malique, dont le champ d’action est le foie, doit également être pris en compte dans cette action détoxifiante. Quant à celles dérivées de la présence de souches lactiques, elles ont une certaine importance dans la prévention du cancer et améliorent la circulation sanguine. D’autre part, deux d’entre eux, l’acétique et l’urinaire, ont la capacité de destruction microbienne, tandis que l’acide oxalique stimule le métabolisme de l’énergie.

Un bon allié des fonctions générales du métabolisme

En raison de l’abondance de vitamines du groupe B, un complexe vitaminique qui touche une grande quantité de fonctions métaboliques (pour nommer quelques unes, production d’énergie, biochimique, métabolisme des glucides, fonctionnement du système nerveux, santé oculaire…), la participation du kombucha au régime est en plus grande ou mineure mesure un avantage global pour notre bien-être.

Plus précisément, souvent il se consomme pour amortir le stress et l’anxiété, et par exemple, soulager les séquelles du syndrome prémenstruel produit par une certaine « intoxication »en raison de l’accumulation d’oestrogènes qui a lieu dans cette étape.

Métabolisme énergétique

Contribue à la détoxification de l’organisme

Le répertoire de micro-organismes, d’acides et d’enzymes qui caractérise le kombucha est un moteur des processus de désintoxication de l’organisme, ce qui signifie surtout l’amélioration de la fonctionnalité du foie, qui est lui-même l’organe nucléaire dans ce domaine. Cette capacité de détoxification est due à sa teneur en acide glucuronique, la substance la plus importante de toutes celles impliquées dans la neutralisation et l’élimination des toxines et des déchets du métabolisme.

Certaines études réalisées sur des animaux de laboratoire ont montré une diminution considérable de la toxicité dans le foie de jusqu’à 70% liée à la consommation du kombucha [5].

Mais le foie n’est pas le seul favorisé par l’intervention du glucuronique, car les reins gagnent aussi plus de capacité pour l’excrétion des métaux lourds (comme le plomb, la cadmium) et autres contaminants.

Renforce le système immunitaire

C’est une constante dans tous les aliments fermentés que leur consommation régulière contribue à renforcer les mécanismes de l’immunité. La raison en est que le système immunitaire, dans son ensemble, est fortement conditionné par le bon état du tractus intestinal. Ceci est déterminé par le complexe microbien fourni par le kombucha, renforcé par la richesse des substances antioxydantes qui agissent en parallèle selon des lignes différentes mais avec le même objectif.

Un puissant pouvoir antioxydant

L’action prioritaire des antioxydants consiste en neutraliser les radicaux libres, qui s’originent dans les membranes cellulaires. Il s’agit d’une composition atomique hautement réactive qui agit avec des molécules comme l’ADN et les protéines, provoquant des réactions en chaîne qui transforment ces molécules attaquées en radicaux libres, sans qu’aucun facteur externe l’empêche.

Bon. Ce facteur externe peuvent être les catéchines, lesquelles sont abondantes dans les feuilles des thés utilisés pour élaborer le kombucha et qui restent dans le produit final. Les catéchines appartiennent au large groupe phytochimique des polyphénols, se trouvant dans la catégorie spécifique des flavonoïdes.

Kombucha et son pouvoir antioxydant

Diminue le risque de souffrir des maladies

Quelques études scientifiques [2] ont montré un rapport statistiquement significatif entre la consommation quotidienne de kombucha et une mineure prédisposition au cancer. Selon les signataires de ces essais, il y a une responsabilité importante dans cette relation avec la teneur en polyphénols que nous avons mentionnée en ce qui concerne la capacité antioxydante globale ; ce ne sont pas seulement les constituants naturels de la matière première, le thé, mais aussi certains métabolites qui proviennent du processus de fermentation.

Il est bien connu dans d’autres domaines de recherche que les polyphénols contenus dans le thé couvrent un large éventail d’actions dans la lutte contre le cancer, telles que l’inhibition des mutations génétiques qui déclenchent une synthèse anormale des protéines qui déclenchent la formation des tumeurs, l’arrêt de la prolifération des cellules cancéreuses et l’invasion des tissus voisins des tumeurs déjà formées, l’apoptose ou mort cellulaire et l’arrêt des métastases si redoutées [3].

Aussi, ajouter le kombucha à l’alimentation permet soulager la carence d’acide L-lactique fréquent dans la biochimique des malades de cancer, car il s’agit d’un des acides synthétisés l’ors de la fermentation du thé

Prévient la formation d’arthrose et soulage ses symptômes

Parmi les principes actifs inhérents à la composition du kombucha se trouve la glucosamine, une substance indispensable dans le tissu conjonctif et que les articulations exigent pour rester en bon état, et permettre une rotation et élongation adéquates.

La glucosamine est le précurseur de la synthèse de l’acide hyaluronique, une autre substance très importante dans ce domaine. Dans ce cas, il s’agit d’un glucide qui préserve les tissus conjonctifs (et particulièrement les articulations) de la perte de lubrification et de flexibilité résultant du passage du temps. Leur aide est indispensable pour l’intégrité des cartilages et pour prévenir le processus dégénératif de l’arthrose et, par conséquent, la douleur qui lui est associée.

Avec des propriétés anti-microbiennes

Dans une large mesure en raison de son faible pH, dérivé de la teneur élevée en acide acétique et autres acides organiques, le kombucha est également connu pour ses propriétés antimicrobiennes très intéressantes. En particulier, la prise régulière de kombucha est une bonne idée pour inhiber le développement de bactéries pathogènes dans le tube digestif, telles que helicobacter pylori et escherichia coli, agents des ulcères gastroduodénaux et diarrhées, ou salmonella typhimurium, ainsi que staphylocoques et une liste considérable de germes nuisibles.

L’acide acétique confère également une certaine action antifongique, étant utile, par conséquent, pour combattre les infections causées par les champignons. En fait, il a été démontré que cette boisson est vraiment efficace contre certaines espèces de levures, avec une mention spéciale de candida albicans pour être responsable d’infections vaginales fréquentes [1].

Coeur et Kombucha

Peut réduire le risque de maladies cardiaques

Des études sur des animaux semblent indiquer que le kombucha intervient possitivement sur le fonctionnement du système cardiovasculaire, réduisant le risque de maladies de ce type en 30% [6]. Pour cela, s’en sert de deux actions [7]: réduire le cholestérol LDL et augmentation du HDL.

Aussi, en parlant à nouveau de sa teneur élevée en antioxydants, il protège les molécules de cholestérol des phénomènes oxydatifs de membrane, étant un facteur possitif pour le coeur et les organes concomitants.

Habituellement bien toléré par les diabétiques, mais avec prudence.

Il est bien connu que le diabète se manifeste, en biochimie sanguine, par des taux de glucose élevés dérivés de la forte résistance à l’insuline qui caractérise les cellules des patients atteints de ce tristement fréquent trouble endocrinien. Bien que la plus grande partie du sucre du thé soit transformée par la fermentation de micro-organismes, il doit être clair qu’il ne s’agit pas d’un aliment qui n’en est pas dépourvu, il doit donc y avoir la possibilité que chez ces patients provoque des anticorps dans la glycémie.

Toutefois, certains contrôles ont été effectués qui suggèrent, bien que des données plus concluantes soient nécessaires, que la consommation de kombucha résultant d’une fermentation d’au moins 15 jours peut contribuer à une meilleure gestion de la maladie en raison d’une capacité alléguée à réduire la glycémie.

Utilisations cosmétiques du kombucha

En laissant de côté la nutrition pour un instant, nous ne pouvons pas ignorer l’excellence du kombucha en l’utilisant de façon topique.

Il est pleinement reconnu comme facteur anti-âge, grâce au pouvoir régénérant que lui confère sa riche composition en acide hydroxyacétique (AHA), vitamines et polyphénols, qui répartissent leur modus operandi sur les différentes couches de la peau. En particulier, il n’est pas inapproprié de l’appeler un facteur anti-rides, car c’est peut-être son application cosmétique la plus brillante. Elle le fait en stimulant la prolifération des adipocytes dans le derme. Ce travail s’accompagne d’une augmentation du volume des zones dont l’élasticité a été réduite, ce qui a pour effet de lisser le tissu cutané et d’atténuer les rides.

Son pouvoir hydratant lui a donné une réputation classique en tant que contribution de lustre et de fraîcheur à l’apparence générale de la peau.

D’autre part, son action microbicide (n’oubliez pas la présence d’acide acétique, entre autres) lui donne une place dans le traitement de l’acné, dont la cause se trouve dans la prolifération sans mesure de micro-organisme qui provoquent des poins d’inflammation localisées sur le derme.

Et cela sans oublier qu’en raison de sa teneur élevée en vitamine C, apporte un effet singulier de luminosité cutané très visible au visage..

Afin de présenter un échantillon de l’utilité de cette substance dans le domaine de la cosmétique, on peut citer comme préparations dont l’ingrédient principal est le kombucha les suivantes : masque hydratant, eau kombucha, savon kombucha, revitalisant capillaire ou un remède contre les brûlures et les plaies incisées.

Brocoli pour la grossesse

Effets secondaires et contre-indications de cette boisson

Malgré le grand nombre de propriétés bénéfiques qui ont été décrites en détail, cette exposition ne serait pas complète sans refléter certaines circonstances, certaines physiologiques, d’autres pathologiques, dans lesquelles la consommation de kombucha peut avoir des conséquences indésirables.

L’une des préoccupations récurrentes de certains experts est le risque que le scoby puisse héberger, parmi ses énormes souches, des germes susceptibles de produire des maladies.

Il semble que le champignon aspergillus soit le principal responsable de ce risque, qui doit en revanche être considéré comme éloigné en raison de la rareté des références obtenues.

Des cas d’acidose métabolique, d’insuffisance respiratoire, d’œdème pulmonaire, d’effondrement vasculaire et d’hépatotoxicité ont été documentés comme des cas cliniques graves associés à l’ingestion continue et prolongée de kombucha, dans tous les cas dépassant deux mois de consommation systématique. D’entité mineure, et étant les principaux incidents indésirables signalés, on peut parler d’anorexie, perte de poids, éruptions cutanées et rétention intestinale.

Pendant l’allaitement vous devez être toujours prudent, car le lait maternel est une voie de transport excellent de substance à l’estimac du bébé, dont le métabolisme n’est pas encore mûr pour l’assimiler sans problèmes

Transformation en éthanol

Dans les premiers stades de la vie, plus ou moins jusqu’à l’âge de 12 ans, cette mise en garde concernant la période d’allaitement doit être prolongée, car tant les machines de retraitement des substances, à savoir le foie, que les machines de préparation à l’excrétion, à savoir le rein, ne sont pas encore suffisamment développées pour être soumises à des pressions externes.

Les micro-organismes qui effectuent les fermentations transforment les sucres simples en éthanol, en dioxyde de carbone et en acide acétique. L’alcool (éthanol) est donc produit jusqu’à 2 % de la composition volumétrique, ce qui est souvent négligé dans l’information fournie au consommateur sur les étiquettes.

Comme il s’agit d’un produit fréquemment fabriqué à la maison, le risque de contamination croisée en ne prenant pas le plus grand soin pour assurer la stérilité des instruments et des surfaces est plus élevé que s’il avait été acheté fabriqué. C’est pourquoi il est conseillé d’éviter leur consommation en cas de grossesse et d’allaitement.

Cette boisson, lorsqu’il s’agit d’une boisson maison (qui la prive des contrôles sanitaires exhaustifs que reçoit l’industriel), doit être évitée par les personnes qui ont compromis le système immunitaire en étant facilement contaminées par des germes, en principe banals, mais qui peuvent provoquer de graves infections graves chez les patients immunodéprimés.

Enfin, dans le sens inverse, il faut se rappeler que puisqu’il ne contient pas de lactose, le kombucha est parfaitement toléré par les personnes présentant une intolérance alimentaire à ce glucide.

Kombucha et gingembre

Préparation artisanale du kombucha

Un pot en cristal, un tissu de cuisine (qui doit être propre et impeccable) et une bande élastique c’est tout ce dont vous avez besoin pour préparer le kombucha à la maison. Comme ingrédients vous avez besoin de:

  • Le scoby
  • Un litre d’eau filtrée
  • 2 sachets de thé (si possible, noir)
  • 60 grammes de sucre blanc
  • La culture starter, qui est environ une demi tasse (120ml) de kombucha excédant d’autres cultures. Si vous en avez pas, vous pouvez alors utiliser du vinaigre de pomme.

Élaboration

Une fois l’eau en ébullition, ajouter les sachets qui doivent reposer pendant un quart d’heure avec le feu éteint. Après, mélanger le sucre jusqu’à sa complete dissolution et fermer le récipient avec le tissu, jusqu’à ce que la température tombe à l’environnante.

Le thé est ensuite transféré dans la bouteille, où les cultures de scoby et de starter sont versées. Une fois de plus, le thé est recouvert du tissu et fermé par un élastique. La bouteille doit être placée, pendant dix jours, dans un endroit où la température est stable et se déplace entre 20 et 26 degrés, en prenant soin de ne pas exposer au soleil et où il y a une bonne ventilation (aucun flux d’air n’est nécessaire).

Le délai de dix jours mentionné est susceptible d’être réduit, à une semaine par exemple, si vous voulez que le kombucha soit plus sucré, et d’être prolongé jusqu’à trois semaines si vous recherchez un produit plus acide et très pauvre en sucre. Dans ce cas, il est à noter que son bouquet est sensiblement modifié, peut acquérir une certaine touche vinaigrée.

Comme mentionné au début de cet article, le thé n’a pas la seule matière première du kombucha, en admettant des variations telles que l’infusion de marc du café, l’infusion de maïs grillé, l’infusion de feuille de coca ou l’infusion de chuño ou moraya (obtenue par déshydratation de certains tubercules comme la pomme de terre). Dans toutes ces formulations alternatives, la culture de départ est supprimée pour des raisons liées à la couleur, à la saveur et à l’odeur et, en compensation, on ajoute plus de scoby.

Comment prendre le kombucha et avec quoi le combiner

Le kombucha se consomme souvent froid, comme infusion rafraîchissante, s’estimant une consommation raisonnable environ un quart de litre quotidien.

Le meilleur conseil est de boire un verre avant le petit-déjeuner. Quiconque préfère commencer à prendre du kombucha progressivement peut commencer avec un demi-verre (environ cent millilitres) et aller en crescendo jusqu’à ce qu’il obtienne le point du goût.

Kombucha et commercialisation des boissons

Combiné au kéfir d’eau

Le kéfir d’eau est une autre boisson fermentée et, en conséquence, probioitique, élaborée à base de sa culture.

Sa préparation consiste à remplir un récipient de fermentation d’eau avec du sucre, des fruits déshydratés, des fruits frais ou du jus de fruits (il admet de multiples possibilités), du citron et la culture de kéfir, qui sera celle qui fermente les sucres.

Le kombucha et le kéfir d’eau sont deux boissons complémentaires, car leurs compositions et leurs propriétés diffèrent mais sont améliorées. Leur association a un profil nutritionnel qui justifie pleinement son inclusion comme complément alimentaire et source d’hydratation, toujours complémentaire de l’eau, qui devrait prévaloir.

Autres combinaisons intéressantes:

Cerise et gingembre

En générale, les fruits rouges sont très utilisés pour augmenter l’effet antioxydant du kombucha. Ce qu’on fait est ajouter au thé quelques cerises et une pincée de gingembre râpé. Ce mélange lui donne une couleur très agréable et une touche un peu épicée.

Pêche et feuilles de menthe

Couper un morceau de pêche, laisser macérer avec des feuilles de menthe triturées. Prêt à verser sur le kombucha.

Fraises

Une pâte de quatre ou cinq fraises, ajouter au kombucha pour produire une fermentation tout le soir à température ambiante.

Cannelle

Une branche de cannelle, laiser macérer dans un récipient avec du kombucha pendant un soir, puis extraire la cannelle et prêt à consommer.

Branche de cannelle

Poire et romarin

Il s’agit d’une infusion de romarin, qu’une fois froide se mélange au kombucha et au jus d’une poire.

Ananas et anis

Très intéressant face à profiter des effets dépuratifs du kombucha. Un jus d’ananas (naturel, bien sur) se mélange au kombucha et une infusion d’anis. L’alternative est de triturer les graines d’anis au même temps que la préparation du jus d’ananas.

Où l’Acheter

En France, de nombreuses marques commercialisent le kombucha. Chez des herboristeries, des parapharmacies et les boutiques d’alimentation bio. Et bien sur, vous pouvez acheter en ligne le scoby pour faire du kombucha à la maison.

Mais les plus important à savoir, avant de choisir un kombucha ou un autre. Vous devez vérifier si le fabriquant montre que le processus d’élaboration a été soumis aux contrôles sanitaires et de qualité. Logiquement, il faut le vendre comme boisson non pasteurise, car la pasteurisation nous faire acheter un produit sans presque microorganismes et nulle utilité comme probiotique.

Il faut aussi veiller à ce que votre quantité de sucre soit reflétée et bien ajustée. N’oublions pas que l’objectif de l’ingestion du kombucha n’est pas d’obtenir une énergie d’assimilation rapide.

Sources bibliographies

  1. Houda Battikh, Kamel Chaieb, Amina Bakhrouf, Emna Ammar. Antibacterial and antifungal activities of black and green kombucha teas. 07 June 2012.
  2. Rasu Jayabalan, Radomir V. Malbaša, Eva S. Lončar, Jasmina S. Vitas, Muthuswamy Sathishkumar. A Review on Kombucha Tea—Microbiology, Composition, Fermentation, Beneficial Effects, Toxicity, and Tea Fungus. 21 June 2014
  3. Ann M. Bode and Zigang Dong. Signal Transduction Pathways: Targets for Green and Black Tea Polyphenols. The Hormel Institute, University of Minnesota, Austin, MN 55912, USA. Received 28 October 2002
  4. R.JayabalanaS, MarimuthubK. Changes in content of organic acids and tea polyphenols during kombucha tea fermentation. Food Chemistry. Volume 102, Issue 1, 2007, Pages 392-398
  5. Semantee Bhattacharya, Ratan Gachhui, Parames C. Hepatoprotective properties of kombucha tea against TBHP-induced oxidative stress via suppression of mitochondria dependent apoptosis. June 2011Volume 18, Issue 3, Pages 221–234
  6. Shinichi Kuriyama. The Relation between Green Tea Consumption and Cardiovascular Disease as Evidenced by Epidemiological Studies. The Journal of Nutrition, Volume 138, Issue 8, 1 August 2008, Pages 1548S–1553S. 01 August 2008
  7. Ahmed Aloulou,corresponding author Khaled Hamden, Dhouha Elloumi, Madiha Bou Ali, Khaoula Hargafi, Bassem Jaouadi, Fatma Ayadi, Abdelfattah Elfeki, and Emna Ammar. Hypoglycemic and antilipidemic properties of kombucha tea in alloxan-induced diabetic rats. BMC Complement Altern Med. 2012; 12: 63. Published online 2012 May 16

Articles Associés au sujet:

Estimation du Kombucha

Source d'hydratation - 100%

Antioxydant - 99%

Élaboration à la maison - 100%

Efficacité - 100%

100%

Évaluation HSN: 4 /5
Content Protection by DMCA.com
Au sujet Carlos Sánchez
Carlos Sánchez
Carlos Sánchez est un passionné de nutrition et de sport. Diplômé en Nutrition Humaine et Diététique, il cherche toujours à donner un sens pratique et applicable à différentes théories.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *