Exercices de Haute Intensité et Période de Pandémie Incompatibles?

Exercices de Haute Intensité et Période de Pandémie Incompatibles?

Dans l’article d’aujourd’hui, nous analyserons et réagirons à un article d’opinion intitulé : « Pourquoi ne devriez-vous pas faire du sport intense en époque de Covid ». Nous discuterons des risques liés aux exercices de haute intensité.

L’article commence par nous alerter sur les séquelles possibles sur le système cardiovasculaire que le célèbre virus peut nous apporter.

Il est dit directement que :

« Le coronavirus peut endommager le myocarde même chez les patients asymptomatiques et ceux qui en sont légèrement ».

Eh bien, c’est une déclaration très nuancée, comme nous le verrons plus tard.

En effet, il a été prouvé que le virus en question, Sars-Cov-2, a un tropisme cardiaque. Cela signifie qu’il peut infecter les cellules cardiaques et s’y répliquer, causant des dommages potentiels à cet organe. Ou du moins c’est la théorie.

Plus tard, nous verrons les nuances.

L’alerte dont nous parlons vient de la main de la Société espagnole de médecine du sport (SEMED), dont le président, Pedro Manonelles, nous a ravis il y a quelques semaines avec une déclaration qui se lisait comme suit :

« Si vous ne pouvez pas tolérer le masque dans la salle de sport, ne faites pas de sport. La sécurité passe avant tout. »

Comme si vous ne pouviez pas (et ne devriez pas) faire de l’exercice à l’extérieur ou chez vous.

Il semble que le SEMED défend la régulation de l’exercice physique comme un élément CLÉ (en majuscules) dans le maintien de bonnes conditions de santé de la population, ainsi que dans la prévention des maladies. Et encore plus dans le contexte dramatique que nous devons vivre aujourd’hui.

Qui aurait dit…

L’article continue avec quelques fragments dans lesquels plusieurs concepts sont mélangés :

Sportif avec Masque

« La recommandation est aussi claire qu’il est parfois difficile de se réconcilier avec les habitudes de milliers de fans de sport avec des plans d’entraînement exigeants et l’habitude de porter le corps à la limite, par exemple, courir ou nager sur de longues distances presque comme s’ils étaient des professionnels ».

Avec cela, je veux comprendre que l’auteur nous éloigne précisément de « pousser le corps à la limite », surtout si nous sommes des athlètes amateurs. C’est une déclaration de bon sens. Le problème est que le titre de l’article prête à confusion (« pourquoi ne devriez-vous pas faire de l’exercice vigoureusement ? »).

Qu’est-ce qu’un exercice de haute intensité ?

Nous pourrions définir un exercice de haute intensité comme un exercice qui effectue plus de 80% de notre FC maximale ou sur une échelle de 1 à 10 de l’effort perçu, au-dessus de 8 points.

D’autres indicateurs d’intensité élevée en plus de la marche dans la maison seraient l’incapacité de parler pendant l’exercice ou la difficulté à le maintenir au-delà d’une courte période.
  • S’agit-il uniquement du HIFT ou de l’entraînement fonctionnel de haute intensité ?
  • Les sports d’équipe n’atteignent-ils pas des pics d’intensité élevée ?
  • Que voulons-nous dire ?

Comme nous le verrons plus loin, si cette question n’est pas claire, de nombreuses personnes se retireront consciemment de toute sensation d' »intensité » lors de la pratique sportive, qui peut être identifiée par beaucoup comme percevant leur propre fréquence cardiaque, par exemple.

Les nuances sont importantes.

Risques de l'Exercice de Haute Intensité

L’intensité en tant que variable d’apprentissage est totalement subjective.

Exemple : la même série de 10 squats de 80 kg peut être un échauffement ou un effort surhumain pour deux lecteurs différents de ce post.

Par conséquent, nous avons déjà un problème dans la définition de «exercice intense», même si en tombant, nous pouvons voir où vont les plans et ce que l’auteur veut dire (éviter l’épuisement physique total).

Ils continuent avec des déclarations qui ne reflètent pas fidèlement les preuves scientifiques actuelles (rares) en la matière :

« Les tests effectués avec des personnes qui ont eu Covid-19 de manière asymptomatique ou avec des symptômes légers, montrent que dans certains cas le myocarde, le muscle cardiaque, a souffert à cause du virus redouté. »

Ces informations sont extraites d’un article publié dans le blog du « British Journal of Sports Medicine ».

Dans ce texte (très explicatif), les points clés suivants peuvent être conclus :

  • La tempête de cytokines qui survient chez les patients qui passent le COVID-19 affecte le muscle cardiaque de manière symptomatique de la même manière que la septicémie ou la cardiomyopathie de stress (Tako-Tsubo ).
Cela s’applique aux patients très symptomatiques et qui seront généralement des patients admis.
  • Le COVID-19 peut infecter les cellules myocardiques et provoquer une myocardite avec une histologie d’abondantes cellules inflammatoires (lymphocytes), des lésions musculaires aiguës et une fibrose résiduelle, qui augmentent la vulnérabilité des arythmies ventriculaires malignes.
  • Les lésions myocardiques dues au COVID-19 chez les personnes très symptomatiques ont une prévalence de 28%, mais l’article indique clairement que l’implication et la prévalence chez les patients asymptomatiques ou légèrement symptomatiques sont totalement inconnues.

D’où la déclaration ci-dessus :

« Les tests effectués avec des personnes qui ont eu Covid-19 de manière asymptomatique ou avec des symptômes légers, montrent que dans certains cas le myocarde, le muscle cardiaque, a souffert à cause du virus redouté. »

Manque de preuves (actuellement) et ne fait qu’appeler à la peur.
  • L’incidence de l’inflammation myocardique silencieuse (myocardite) qui reste résiduelle après la résolution des symptômes du COVID-19 est également inconnue et qui pourrait affecter négativement les athlètes qui ont réussi maladie et retour à une activité sportive normale.

Puis-je faire du sport si j’ai eu la maladie ?

En termes généraux, la réponse est oui.

Cependant, la marche à suivre la plus responsable dépendra non pas de la réussite de la maladie, mais de la manière dont vous l’avez transmise :

  • Si vous avez été asymptomatique ou si vous n’aviez que des symptômes légers, surveiller l’apparition éventuelle de symptômes une fois que vous avez repris la pratique du sport ainsi qu’une progressivité dans ledit retour à l’activité, cela devrait suffire.
  • Si vous avez eu la maladie de manière plus symptomatique ou même hospitalisé, le plus prudent est de subir un examen cardiologique avec les tests mentionnés dans l’article.
Cependant, ce texte contient une série de recommandations qui, à mon avis, font appel au bon sens et sont correctes.

Le panel de test qu’ils recommandent se résumerait comme suit :

  • Si vous êtes un athlète professionnel ou amateur et que vous avez transmis l’infection de manière asymptomatique, vous devez être conscient des nouveaux symptômes pouvant refléter une myopéricardite liée au COVID, tels que des douleurs thoraciques ou une oppression.
Chez ces athlètes, il serait intéressant de faire un ECG (électrocardiogramme), et s’il montre des changements de repolarisation par rapport à une évaluation précédente (s’il y en a une), il serait nécessaire d’étendre avec au moins un test d’effort et un échocardiogramme.
  • Si vous avez eu une maladie symptomatique mais bénigne (non hospitalisée), un ECG doit être effectué et suivre la même dynamique qu’au point précédent (surveillance des symptômes et autres tests si l’ECG est modifié).
  • Si vous avez été admis pour COVID, avant de reprendre la pratique sportive, il serait important de faire une évaluation cardiologique complète qui comprend des marqueurs de lésions myocardiques (troponines, NT-proBNP), ECG, test d’effort , échocardiogramme et même un moniteur Holter.
Je vous ai déjà parlé dans ce post du pourquoi les diabétiques et hypertendus en savoir plus sur le coronavirus et dans cet autre la relation dangereuse entre l’obésité et le COVID-19. Ces maladies ne sont-elles pas les véritables déterminants du risque de contracter l’infection plus sévèrement, et pas tant l’exercice physique qui a été si puni comme facteur de risque, surtout au début de la pandémie ?

Le sport, allié contre le COVID-19

Ensuite, ils parlent de quelque chose qui se fait beaucoup entendre ces jours-ci :

« Un exercice physique intense affaiblit le système immunitaire pendant des heures ou des jours, tandis qu’un exercice physique modéré le renforce. »

La théorie de «l’immunosuppression transitoire» après un exercice physique intense (dans la période dite fenêtre) n’est encore que cela, une théorie.

Cette lymphopénie transitoire qui survient dans les heures qui suivent un exercice intense semble répondre à une mobilisation des cellules du système immunitaire vers les tissus périphériques (tissu musculaire).

La doctorante Jessica Bonet ajoute :

« Faire un exercice de haute intensité maintenant pour la population en général n’a pas beaucoup de sens, l’objectif de haute intensité est parce que nous avons une compétition à proximité. »

Déclaration avec laquelle je ne suis pas entièrement d’accord : Les raisons de faire de l’exercice physique de haute intensité sont nombreuses et la préparation d’un test ou d’une compétition n’est que l’une d’entre elles.

Musculation Risques de l'exercice de haute intensité

Musculation.

  • On peut faire des exercices de haute intensité pour améliorer sa santé (et avec des preuves scientifiques suffisantes à l’appui) ;
  • En raison de la rentabilité en termes de consommation de temps (l’exercice physique de haute intensité, comme le HIIT, consomme beaucoup moins de temps en général) ;
  • Parce que cela est requis par votre modalité sportive (les pics d’intensité ne sont-ils pas atteints dans les sports de groupe ?) ;
  • Ou simplement parce que c’est la seule façon de faire du sport qui vous accroche et qui génère l’adhérence (le crossfitter vétéran doit-il commencer à courir ou à faire de l’elliptique ?).

Recommandation d’experts

Nous pouvons terminer cette analyse en rappelant au lecteur comment l’exercice physique régulier peut nous éloigner des scénarios indésirables, avec ou sans pandémie :

  • La capacité cardiorespiratoire (aptitude cardiorespiratoire) est un facteur de protection contre la grande majorité des maladies respiratoires.
  • L’exercice est le polypeptide le plus efficace contre des facteurs de risque très clairs et plus que prouvés : Obésité, T2DM, hypertension artérielle ou MPOC.

Rappelons-nous que plus de la moitié des patients nécessitant une ventilation mécanique sont obèses.
  • Et n’oublions pas les bénéfices sur la santé mentale d’une population déjà assez affectée dans ce domaine si peu évoqué.

L'Exercice c'est la Santé

L’exercice c’est la SANTÉ !

J’ai déjà expliqué dans cet autre postle concept de réserve physiologique : a le cœur et les poumons entraînés feront face à un facteur de stress comme une infection respiratoire, avec une bien plus grande chance de succès qu’un système cardiorespiratoire faible.

Conclusions

Le message que l’auteur veut envoyer est clair : avoir du bon sens et ne pas faire d’efforts inutiles en ces temps où l’on ne connaît pas vraiment l’impact du virus sur une multitude d’organes et de systèmes.

Ne vous épuisez pas, ce n’est pas le moment de faire le plein.

Tous les médecins essaient de mettre en pratique le principe de précaution avec nos patients, et à cet égard, je suis d’accord avec le message général qui est destiné à être donné : si vous n’êtes pas préparé ou si vous avez une condition physique adéquate évitez de pousser votre corps à la limite.

Ou en d’autres termes, faites les efforts auxquels vous vous êtes adapté. N’effectuez pas de tests extrêmes et prenez soin du volume de votre entraînement.

Le problème (et la principale critique que j’ai tenté de faire) est qu’un tel message généraliste (ne pas exercer vigoureusement) peut :

  • Générer de la peur dans la population générale envers la pratique du sport, lorsque cela fait partie de la solution, pas du problème.
  • Créez une autre excuse (au cas où nous en aurions peu) pour ne pas faire d’exercice physique. Rappelons-nous que 60% de la population est sédentaire.
Il n’y a rien de plus puissant ou avec un tel niveau de crédibilité qu’un médecin disant que si vous faites de l’exercice « intense », vous pouvez avoir une issue fatale parce que vous avez peut-être passé l’infection de manière asymptomatique et cela peut affectez votre cœur sans le savoir.

Exercice Intense

Nous devons cesser de voir cela comme un problème à court terme.

  • Combien de temps ces consignes seront-elles en vigueur ?
  • Le risque sera-t-il éliminé lorsque nous serons tous vaccinés ?
  • Combien de temps faut-il pour que la grande majorité de la population soit vaccinée ?
  • Sommes-nous conscients que ces directives aggravent les facteurs de risque de la population qui nous rendent plus vulnérables aux infections ?
En bref, comme je le vois, faire appel au bon sens comprend la poursuite de la pratique sportive habituelle chez l’athlète régulier ; effectuer les tests médicaux appropriés si nécessaire. Et éloignez-vous des efforts auxquels nous ne sommes pas adaptés, en particulier chez ceux qui ne sont pas entraînés ou qui ont une faible forme physique.

Sources

  1. https://www.lavanguardia.com/vivo/lifestyle/20200912/483222629792/deporte-coronavirus.html

Entrées Associées

  • Mon opinion en tant que médecin sur Pourquoi le coronavirus va changer la médecine. Vous pouvez le lire en faisant clic ici.
  • Si vous vous entraînez à la maison, évitez ces erreurs.
  • Comment éviter le Maskné ou l’acné en utilisant le masque ? Nous vous parlons de ici.
Évaluation Exercices de Haute Intensité en Pandémie

Qualification sur l'article - 100%

Description de l'exercice de haute intensité - 100%

Comment la maladie nous affecte une fois l'avoir eue - 100%

Opinion de l'expert - 100%

100%

Évaluation HSN: 5 /5
Content Protection by DMCA.com
Au sujet Borja Bandera
Borja Bandera
Borja Bandera est un jeune médecin spécialisé dans les domaines de la nutrition, de l'exercice et du métabolisme, qui combine son activité clinique avec sa vocation de diffusion et de recherche.
Voir Aussi
Que se passe-t-il si j'arrête de manger de la viande ?
Que se passe-t-il si j’arrête de manger de la viande ?

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui arrive à votre corps lorsque vous arrêtez de manger …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *