Coca Cola Zero est-il aussi mauvais que vous le pensez?

Coca Cola Zero est-il aussi mauvais que vous le pensez?

Je suis sûr que vous avez entendu plus d’une centaine de personnes dire que le Coca Zero est le pire de tous, et comme si c’était une légende, l’histoire voyage comme un bouche à oreille sans limite, il est temps de faire la lumière sur ce qui entoure ce produit sans sucre si demandé aujourd’hui

Buveur de Coca-Cola Zero

Si l’idéal est de s’habituer à ne pas manger d’aliments sucrés ou artificiellement sucrés, sinon on ne se débarrasse jamais de la dépendance mentale au sucre, c’est une tâche très compliquée même pour une personne, comme un domestique, qui a passé plus d’un an sans manger de sucreries.

Boire du Coke Zero

C’est le quotidien d’une personne diabétique, puisque nous ne sommes pas tous diabétiques, une tâche presque impossible quand il s’agit d’avoir un caprice « doux » si nous voulons aussi prendre soin de notre santé et nous rafraîchir en même temps (intéressant de savoir que les boissons au cola hydratent plus que l’eau, mais ce sera le sujet d’un autre post).

De nombreuses personnes de mon entourage proche disent que le Coca-Cola Zéro n’est pas du tout sain et même moins sain que le Coca-Cola sucré parce qu’il contient des produits chimiques, qu’ils pensent être potentiellement cancérigènes pour l’homme, mais comme toujours ils ne savent pas comment défendre la raison d’une telle déclaration et disent simplement : «  ils ont dit à la télé  » et c’est déjà un mot sacré, mais est-ce vraiment vrai?

Qu’y a-t-il dans le Coca Cola Zero »?

Le Coca-Cola classique est composé d’eau gazeuse, de sucre, de colorant noir (E150D), d’acidifiant (E338) et d’arômes naturels, mais pour le Coca-Cola zéro ils remplacent le sucre par des édulcorants : cyclamate de sodium (E952), acésulfame-K (E950) et aspartame, en plus d’ajouter un correcteur d’acidité (E331).

Rafraichissement

Analysons ces produits chimiques que l’on suppose être le diable incarné et voyons si cela affecterait vraiment notre santé :

CiclamatoCyclamate de sodium sódico (E952)

Le cyclamate de sodium, désigné au niveau international par le code E952, a été découvert en 1937 par Michael Sveda à l’université de l’Illinois. Il est utilisé comme édulcorant artificiel depuis 1950, car n’a pas de calories et est plus de 50 fois plus sucrant que les autres édulcorants.

La dose journalière admissible est considérée par les autorités sanitaires comme étant de 11 mg par kg de poids corporel par jour.

Cyclamate de sodium

Pour une personne de 80 kg, vous pourriez boire environ 800 mg sans nuire à votre santé; comme si chaque Coca-Cola zéro contenait environ 60 mg par canette, nous serions en danger si nous buvions plus de 13 canettes, c’est-à-dire plus de 4 litres par jour

Son utilisation a été interrompue aux États-Unis en 1970 en raison de cette étude menée sur des rats par les laboratoires du Food and Drug Research, qui a révélé un risque de cancer. Cependant, un certain nombre d’études ultérieures sur le cyclamate ont déterminé qu’il était sans danger pour la consommation humaine.

En fait, la Food and Drug Administration (FDA) a conclu2 que le cyclamate n’est pas cancérigène et, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), c’est un édulcorant qui ne nuit pas à la santé et qui est classé dans son « groupe 3 » des substances non cancérigènes.

Acesulfame de potassium (E950)

L’acésulfame de potassium, désigné au niveau international par le code E950, a été découvert, presque par hasard, en 1967. C’est un édulcorant synthétique qui édulcore environ 200 fois plus que le sucre.

Votre dose journalière admissible est de 15 mg par kg de poids corporel

Acésulfame de potassium

Cela se traduit, dans le cas d’une personne pesant environ 80 kg, par environ 1,2 g par jour; comme chaque canette de Coca-Cola Zero contient environ 150 mg par 330 ml, il faudrait prendre 8 canettes pour dépasser la quantité admissible, c’est-à-dire plus de 2,5 litres

Il existe peu d’études sur la sécurité de l’acésulfame-potassium, donc rien ne peut être certain à 100%, mais dans cette étude3 sur les rats, où la relation cancérigène possible de la consommation d’acésulfame-potassium a été étudiée, aucune preuve d’une telle relation n’a été trouvée.

En 1990, un examen4 a été effectué par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a effectué un autre examen en 2000, et en 2003, la Food and Drug Administration (FDA) a mis à jour cette révision6 jusqu’en 2015, en supposant toujours qu’elle est sans danger pour l’alimentation

Aspartame

Comme les composés précédents, c’est un édulcorant non calorique qui est 150 à 200 fois plus sucré que le sucre. C’est probablement le plus controversé de tous les composés du produit et nous allons expliquer la raison de cette réputation.

La FDA fixe la dose journalière admissible à 50 mg/kg

Aspartame

Pour une personne de 80 kg, ce serait 4 g d’aspartame par jour qui seraient mauvais pour la santé, soit plus de 22 boîtes puisqu’une boîte de Coca-Cola Zéro contient 0,18 gramme d’aspartame

Sa mauvaise réputation vient du fait que lorsqu’il est ingéré et hydrolysé, le méthanol généré devient formaldéhyde, qui est considéré comme cancérigène, mais cela est un peu sans importance puisque la quantité générée à partir de celui-ci est même inférieure à celle que possèdent certains aliments sains tels que les bananes ou les carottes, puisque ont une quantité de méthanol supérieure à celle qui pourrait être produite par l’ingestion d’aspartame.

Mais même ainsi, il y a une bataille entre Soffritti et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), car l’EFSA tire des examens et des conclusions comme celle-ci7 à partir de plus de 250 fiches, affirmant la non dangerosité de l’aspartame, et Soffritti qui a réalisé des études comme celle-ci8 pour démontrer que l’aspartame est dangereux même à faible dose.

Acidifiant (E338)

Acidifiant

Cet additif est l’acide phosphorique et est généralement utilisé pour donner une certaine acidité à la boisson. Il a été suggéré que sa consommation régulière favorise l’érosion de l’émail dentaire

Certaines études le relient à une densité osseuse plus faible9, mais il s’agit d’études superficielles qui ne révèlent aucun danger pour la santé.

Colorant caramel (E150D)

Il s’agit simplement d’un colorant au caramel, plus précisément d’un caramel au sulfite d’ammoniaque, adapté à la consommation humaine. En 2011, elle a suscité quelques craintes car elle a été classée par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme « potentiellement cancérigène pour l’homme ».

Colorant

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), après avoir examiné toutes les informations disponibles sur ce composé, a conclu (vous pouvez le lire dans ce communiqué de presse)10 qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter et que cet additif peut être utilisé sans danger dans les aliments et les boissons.

Correcteur d’acidité (E331)

La dernière différence entre le Coca Cola Zéro et la normale est le correcteur d’acidité (citrate de sodium) que présente le premier et non le second. Les édulcorants ont toujours été sous les feux de la rampe, mais pour être absolument sûr et affirmer que le Coca-Cola Zéro n’est pas pire que la normale, il faut également vérifier cet aspect.

Coke Zero

Eh bien, ici nous terminons rapidement, car la FDA n’a même pas fixé de dose journalière maximale pour cette substance car elle est considérée comme totalement inoffensive.

Conclusions

Compte tenu de tout cela, les conclusions que nous pouvons tirer sur les édulcorants et les additifs utilisés dans la production du Coca-Cola Zéro sont largement étudiées et considérées comme sûres, mais il n’est pas facile de tirer des conclusions sur leur impact direct sur la santé humaine.

Les quelques études qui mettent en évidence d’éventuelles pathologies dues à son abus sont toujours observationnelles et n’impliquent pas de causalité.

Il est vrai qu’il existe de nombreuses légendes qui suscitent la controverse autour de certains additifs, mais les institutions les plus concernées les considèrent comme sûrs, et nous ne devrions donc pas continuer à lancer cette alarme sociale contre la consommation d’un Coca-Cola Zéro.

Cela ne signifie pas que nous devons boire ce produit à gauche et à droite, rappelez-vous que c’est un produit transformé, que nous devons en prendre le moins possible, soit « exporter » et sans jamais en abuser, mais de là à créer une légende irréaliste qui associe l’additif x au cancer ou à la maladie, il y a un long chemin à parcourir.

Et bien que les additifs et les édulcorants soient totalement sûrs, il n’est pas nécessaire de les utiliser quotidiennement car ils n’apportent pas de bénéfices extraordinaires lorsqu’ils sont pris sans contrôle, mais ce qui est clair, c’est qu’il est plus sûr de boire un coca zéro qu’un coca classique qui contient 37 g de sucrealors que la consommation quotidienne recommandée est d’environ 50 g par personne et par jour.

Sources bibliographiques

  1. Bladder Tumors in Rats Fed Cyclohexylamine or High Doses of a Mixture of Cyclamate and Saccharin. J. M. Price1, C. G. Biava1, B. L. Oser2, E. E. Vogin, J. Steinfeld3 H. L. Ley, Science 20 Feb 1970: Vol. 167, Issue 3921, pp. 1131-1132 DOI: 10.1126/science.167.3921.1131
  2. Cyclamate, Commissioner’s Decision, 45 FR 61474, September 16, 1980
  3. NTP toxicology studies of acesulfame potassium in genetically modified mice and carcinogenicity studies of acesulfame potassium in genetically modified [B6.129-Trp53(tm1Brd) (N5) Haploinsufficient] mice (feed studies). Natl Toxicol Program Genet Modif Model Rep. 2005 Oct;(2):1-113.
  4. ACESULFAME POTASSIUM, Prepared at the 57th JECFA (2001) and published in FNP 52 Add 9, (2001), superseding specifications prepared at the 46th JECFA (1996) and published in FNP 52 Add 4 (1996). An ADI of 0-15 mg/kg body weight was established at the 37th JECFA (1990).
  5. Re-evaluation of acesulfame K with reference to the previous SCF opinion of 1991, SCF/CS/ADD/EDUL/194 final, 13 March 2000, Scientific Committee on Food
  6. FOOD ADDITIVES PERMITTED FOR DIRECT ADDITION TO FOOD FOR HUMAN CONSUMPTION, DEPARTMENT OF HEALTH AND HUMAN SERVICES, [Title 21, Volume 3], [Revised as of April 1, 2017], [CITE: 21CFR172.800]
  7. Scientific Opinion on the re‐evaluation of aspartame (E 951) as a food additive, EFSA Panel on Food Additives and Nutrient Sources added to Food (ANS), Fernando Aguilar, Riccardo Crebelli, Birgit Dusemund, Pierre Galtier, David Gott, Ursula Gundert‐Remy, Jürgen König, Claude Lambré, Jean‐Charles Leblanc, Alicja Mortensen, Pasquale Mosesso, Agneta Oskarsson, Dominique Parent‐Massin, Martin Rose, Ivan Stankovic, Paul Tobback, Ine Waalkens‐Berendsen, Rudolf Antonius Woutersen and Matthew Wright., 10 December 2013
  8. Aspartame administered in feed, beginning prenatally through life span, induces cancers of the liver and lung in male Swiss mice. Soffritti M1, Belpoggi F, Manservigi M, Tibaldi E, Lauriola M, Falcioni L, Bua L. Am J Ind Med. 2010 Dec;53(12):1197-206. doi: 10.1002/ajim.20896.
  9. Colas, but not other carbonated beverages, are associated with low bone mineral density in older women: The Framingham Osteoporosis Study, Katherine L Tucker Kyoko Morita Ning Qiao Marian T Hannan L Adrienne Cupples Douglas P Kiel, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 84, Issue 4, 1 October 2006, Pages 936–942
  10. EFSA reviews safety of caramel colours, Council Directive 89/107/EEC, 8 March 2011

Articles liés

  • Que sont les polyols ou les alcools de sucre?
  • Les boissons diététiques sont-elles efficaces pour perdre du poids?
  • Tout ce que vous devez savoir sur les additifs alimentaires et les conservateurs
Evalutation du Coke Zéro

Vous buvez du Coca-Cola Zéro? - 100%

Ce qu'il contient - 100%

Propriétés - 100%

Conclusions - 100%

100%

Évaluation HSN: 5 /5
Content Protection by DMCA.com
Au sujet David Diaz Gil
David Diaz Gil
David Diaz Gil a de grands articles, où il dépose l'essence de l'expérience ainsi que la rigueur scientifique.
Voir Aussi
Protéine Isolée de Lactosérum
Mes compléments pour définition. Protéine isolée de Lactosérum

Aujourd’hui, nous parlons de l’un des compléments les plus populaires de tous, les poudres de …

Un commentaire
  1. Merci pour ses informations très précise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *