Champignon Cordyceps: Ce qu’il est et ce qu’il apporte de bon

Champignon Cordyceps: Ce qu’il est et ce qu’il apporte de bon

La meilleure preuve que les apparences peuvent être trompeuses est que, si nous vous disons que le Cordyceps est un parasite de champignon, votre conception de celui-ci peut avoir tendance à être péjorative. Eh bien, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité!


En fait, le « trésor tibétain », est un champignon qui est utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des temps immémoriaux pour augmenter l’énergie, traiter les maladies respiratoires ou améliorer le désir sexuel, parmi de nombreux autres bienfaits. L’objectif de ce billet est de vous montrer pourquoi elle est si recherchée.

Origine du Cordyceps

Qu’est-ce que le ‘Cordyceps’

C’est un genre de champignons appartenant à la grande division des ascomycètes (la plus peuplée du règne Fungi) qui se divise en trois familles: Cordycipitaceae (dans laquelle s’inscrit l’espèce principale, Cordyceps sinensis), Cordycipitaceae et ophiocordypitaceae

Le genre Cordyceps comprend quelque 400 espèces, dont ongisegmentis, larvicola, militaris et sinensis, cette dernière faisant l’objet de notre analyse.

Cette espèce, connue sur le continent asiatique depuis des milliers d’années pour ses étonnantes propriétés curatives, est sans doute la plus populaire et la plus exploitée de son genre et a été baptisée à l’origine yartsagumbu.

Comme mentionné au début, il s’agit d’un champignon qui vit en parasite obligatoire et qui a besoin d’évoluer dans le corps de différents invertébrés, principalement des fourmis, des chenilles et des araignées, dont il se nourrit voracement jusqu’à la fin de sa vie.

Témoignable pour les fourmis

Dans le cas particulier des fourmis, les spores répandues par sinensis adhèrent à leur squelette, ce qui fait qu’elles commencent à infliger une dégradation progressive causée par l’expansion à l’intérieur de leur organisme, ce qui les conduit irrémédiablement à une mort agonisante. Ce processus cruel se déroule sans qu’il soit nécessaire d’endommager leurs « organes vitaux ».

Une fois qu’il a pris le contrôle de son cerveau, il le soumet à une sorte de « déprogrammation neuronale », lui faisant perdre son sens de l’orientation et devenir erratique pendant des heures. Résultat ? Il ne pourrait pas être plus frappant ou plus flatteur pour le Cordyceps, car il mord dans le champignon lui-même et y laisse sa mâchoire coincée, mourant paralysé.

A partir de là, commence, sur la tête du cadavre de l’insecte, une croissance organique rapide qui se termine par une dissémination massive des spores, qui entamera un nouveau cycle de parasitage d’autres spécimens de fourmis.

Quant au phénomène qui se produit sur le corps de la chenille qui se présente comme un stade larvaire de la chauve-souris dite Himalayenne (un insecte de la famille des lépidoptères), nous vous en dirons plus sur ce processus fascinant par la suite.

Propriétés Cordyceps

En savoir plus sur l’habitat de « Tocheikasa »

Bien que le genre Cordyceps soit composé d’environ 400 espèces à répartition cosmopolite, la plupart d’entre elles sont reconnues comme originaires d’Asie et notamment de l’Himalaya, du Japon, de la péninsule coréenne, de la Chine et d’une partie de l’Asie du Sud-Est.

Si l’on s’en tient à la variété sinensis, son habitat est situé sur les hauts plateaux de la chaîne himalayenne, qui comprend la région du Tibet, le nord de l’Inde, le Népal et certaines provinces méridionales de la Chine Toutefois, sa présence a également été signalée aux États-Unis, en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande, au Kenya, en Russie et en Tanzanie.

Au Tibet, il pousse spontanément sur des larves de l’ordre des lombrics, mais comme sa culture et sa collecte sont coûteuses de manière traditionnelle, nécessitant du temps et des milieux de culture spécifiques, son prix est extrêmement élevé. C’est pourquoi on a trouvé d’autres moyens d’augmenter sa production et de la commercialiser en grandes quantités, afin que les gens du monde entier aient accès à ses extraits et comprimés.

Brief notes sur son élevage et sa culture

Si nous vous disons que Cordyceps sinensis met 6 ans à l’état sauvage pour atteindre sa pleine croissance, ainsi que les énormes bénéfices économiques de son exploitation (comme nous l’expliquerons plus loin), vous comprendrez pourquoi cette ressource naturelle a été surexploitée et a été classée comme espèce menacée par les autorités chinoises.

Ce contexte explique également pourquoi la plupart des Cordyceps commercialisés dans le monde proviennent de cultures programmées. La méthodologie pour y parvenir provient d’une culture sur milieu solide et sur milieu liquide :

  • Dans le premier cas, un substrat de céréales ou de soja peut être utilisé, bien que la méthode prédominante en Chine (le pays de sa culture par excellence) soit la fermentation à l’état liquide. Elle consiste en la formulation d’un milieu liquide stérile dans lequel entrent en jeu tous les ingrédients nécessaires à sa croissance rapide.
  • Dans la deuxième méthode, principalement utilisée au Japon et aux États-Unis, la fermentation est effectuée à l’état solide. Le contenant du mycélium dans ce cas peut être des sacs en plastique ou des bocaux en verre qui utilisent presque toujours comme substrat une céréale stérilisée, qui est généralement du riz, mais aussi du blé ou du seigle.

Un voyage aux origines de son utilisation préventive et thérapeutique

A l’origine et depuis plusieurs siècles, le champignon tibétain est une substance indispensable dans l’apothicaire de la médecine traditionnelle chinoise, comme remède de choix pour le traitement des problèmes de santé respiratoires, hépatiques, cardiaques et rénaux.

Cependant, au-delà de ses propriétés curatives incontestées, elle a été utilisée comme un argument de poids pour expliquer l’étonnante longévité caractéristique de la population chinoise, ainsi que sa plus grande tolérance à la fatigue et la meilleure performance de son travail physique.

En outre, les sources du savoir philosophique chinois ont historiquement rapporté que Yasra Gumba se comporte comme un facteur d’équilibre entre le corps et l’âme, lui conférant la capacité de rétablir l’harmonie entre les organes du corps, ce qui est pleinement accepté par son savoir médical.

Pendant des siècles également, la prise de Cordyceps a été considérée comme un privilège réservé aux classes d’élite, jusqu’à ce que l’arrivée des années 1980 soit le tournant pour qu’elle devienne un puissant centre d’attention pour la communauté scientifique internationale.

Culture du Cordyceps

Quelques curiosités sur le « trésor tibétain »

Ses nombreuses propriétés médicinales ont fait que, des quatre coins de la planète, on s’intéresse à un humble champignon parasite élevé à la catégorie de joyau médicinal. C’est pourquoi nous avons pensé que ce serait une bonne idée de vous raconter quelques faits intéressants à son sujet.

Pourquoi le Cordyceps est-il appelé le « trésor tibétain »

Car Cordyceps sinensis est l’un des remèdes naturels les plus populaires appartenant à la médecine traditionnelle asiatique. Selon le volume « Edible wild mushrooms – A global overview of their use and importance in the population », publié par la FAO, il s’agit d’un champignon qui est « mangé » uniquement et exclusivement pour ses bienfaits pour la santé.

Rester sur l’idée qu’il s’agit d’une ressource d’une valeur exceptionnelle tant pour ses propriétés médicinales que pour les impressionnants bénéfices économiques qu’il apporte à ses récoltants.

Saviez-vous qu’il vaut plus que son poids en or?

Les qualités de Cordyceps sont tellement appréciées qu’il est connu pour être un médicament valant plus que son poids en or. En fait, il peut valoir jusqu’à trois fois son poids en or.

Certaines sources ont indiqué qu’un seul spécimen peut coûter environ deux euros sur un marché local et que sa valeur peut être multipliée par quarante sur les marchés spécialisés.

Le résultat d’un processus biologique captivant

En Asie, il est connu sous le nom de « insecte d’hiver, herbe d’été », un nom qui est lié à son développement et à sa fructification.

Ainsi, en été, les spores du champignon invitent les chenilles de nombreuses espèces de papillons de nuit communes dans les herbes des hauts plateaux de l’Himalaya, à plus de 3 800 mètres d’altitude.

Pendant l’hiver, les larves porteuses de champignons s’enterrent dans le sol pour hiberner, tandis que leur mycélium envahit leur corps.

L’arrivée du printemps entraîne la réactivation du mycélium du champignon, qui commence à fructifier, donnant naissance à une forme cylindrique et allongée qui se fraie un chemin à travers les herbes afin de recevoir la lumière du soleil. Chaque spécimen de Yarcha Gumba peut atteindre 4 centimètres de long.

De nombreux noms pour un seul ‘Cordyceps sinensis’

Bien que son nom scientifique soit Cordyceps sinensis, la vérité est que ce champignon particulier porte de nombreux noms différents. Ainsi, vous pouvez l’entendre désigner de différentes manières, mais elles font toutes référence à la même chose!

  • Leurs noms locaux: Yasra gumba, Yarcha gumb
  • Leurs noms communs au Népal: Jeera jhar, Jeevan buti, Keeda ghass, Chyou kira, Sanjeevani bhooti
  • Nom commun en Chine: Dong Chong xi cao
  • Ses noms communs au Japon; Tocheikasaou TochuKaso
  • Son nom anglais: Caterpillar fungus

A cet égard, il convient de noter que, bien que dans le langage courant Cordyceps sinensis et yartsagumbu soient considérés comme des concepts équivalents, si l’on s’en tient à leur sens techniquement pur, il s’agit de deux choses différentes.

Par yartsagumbu, on entend le résultat de la relation parasitaire entre l’insecte Hepialus armoricanus (papillon de nuit himalayen) et Cordyceps sinensis, ce qui justifie qu’il s’agisse d’un terme un peu plus complexe que la simple dénomination de champignon tibétain.

Quel rôle jouent les jaks dans son histoire?

Les propriétés énergisantes de Cordyceps sont liées à l’élevage tibétain. La légende veut qu’à l’arrivée des premières neiges et dégels, les bergers étaient autorisés à emmener leur bétail sur les hauteurs des montagnes, afin qu’il puisse se nourrir d’herbe fraîche, ainsi que de « herbe brune » qui a été identifiée plus tard comme étant Cordyceps sinensis

Après ingestion, les bergers ont noté que leurs yaks, moutons et chèvres, devenaient plus forts et plus robustes. De plus, il semblait que leur comportement était similaire à celui de la saison du rut. Ainsi, les premières utilisations médicinales de ce champignon étaient liées à l’amélioration de la capacité de reproduction et de la vitalité du bétail.

Découvrez les premières mentions de ses propriétés médicinales

Sur les quelque 400 espèces connues, la variété sinensis est l’une des plus appréciées et des plus utilisées en médecine traditionnelle.

En tant que champignon traditionnel, on en trouve les premières références dans la dynastie Qing en Chine. Spécifiquement, nous parlons du traité Ben-Cao-Cong-Xin, traduit par « Nouvelle compilation de Materia Medica », au 18ème siècle.

En Occident, nous devons sa première référence au jésuite et historien français Du Halde, qui a fait l’expérience directe de ses effets revigorants et a voulu les faire connaître au monde entier.

Études sur le Cordyceps

Plus de 2.000 articles scientifiques soutiennent ses propriétés

Si l’on peut dire quelque chose sur Cordyceps, c’est qu’il s’agit d’un champignon médicinal des plus étudiés. Par exemple, depuis les années 1980, plus de 2 000 articles scientifiques ont été écrits sur le sujet.

Un pourcentage élevé d’entre eux a été utilisé pour déterminer ses propriétés sur les plans rénal, génito-urinaire, hépatique, immunitaire, respiratoire et énergétique.

À quoi sert le « Yarcha gumba »?

Le cordyceps est largement utilisé dans la médecine traditionnelle tibétaine et chinoise depuis des siècles. Cela ne signifie pas que la société occidentale est restée inconsciente de ses bienfaits et, en fait, l’industrie pharmaceutique multinationale a utilisé ses contacts pour l’intégrer dans ses matières premières les plus sélectives. Dans cette optique, il est à la base de certains médicaments à haute valeur thérapeutique, comme certains de ceux destinés à lutter contre le cancer ou le sida, par exemple.

Mais d’où vient l’incroyable pouvoir thérapeutique d’un être vivant aussi unique? Bien, en supposant que la liste de ses composants pharmacologiquement actifs reste à finaliser, nous aimerions mentionner les deux composants qui ont été catalogués comme constituants actifs du mycélium du champignon: cordycépine et acide cordycépique.

La cordycépine était autrefois extraite de la variété militaris et est aujourd’hui synthétisée à l’échelle industrielle pour répondre à la demande croissante du marché.

Son principal composant est une substance connue chimiquement sous le nom de 3-déoxyadénosinea, qui possède une série de mécanismes lui permettant d’agir, parfois de manière décisive, dans divers processus chimiques liés à l’inflammation, aux métastases tumorales, à l’agrégation plaquettaire dans la coagulation sanguine, à la signalisation cellulaire, à l’apoptose ou à la mort cellulaire, etc.

Bien qu’il développe en principe les mécanismes d’action d’un antibiotique naturel, ses effets s’étendent à un large éventail de fonctions organiques.

Voici ses principales propriétés pour la santé

  • Il exerce une action antivirale, spécifiquement contre le virus responsable de la cause du SIDA
  • Module le système immunitaire, tout en stimulant la production d’interféron (antiviral naturel) et de cytokines (substances médiatrices)
  • Stimule la fonction cardiaque et la ventilation pulmonaire, rendant la respiration plus efficace
  • Régule le cholestérol et les niveaux de triglycérides dans le sang, réduisant le LDL ou « mauvais cholestérol »
  • Protège les fonctions hépatiques et rénales
  • Réduit la synthèse de protéines appelées kinases, qui sont impliquées dans la réponse aux signaux chimiques et physiques reçus par les cellules
  • Il agit sur le système nerveux central, avec une tendance antidépressive et anti-stress marquée, étant considéré comme un adaptogène
  • Diminue la pression sanguine
  • Augmente la résistance à l’asthénie et à la fatigue
  • Aide à combattre les bourdonnements récurrents gênants dans les oreilles, connus sous le nom de tinnitus
  • Stimule la libido et améliore la fertilité
  • C’est un remède efficace contre l’anémie
  • Il pourrait être un agent antimétastatique dans certains cancers, mais il n’y a pas encore d’essais concluants, les recherches étant toujours en cours

Pour en savoir plus sur les avantages du Cordyceps qu’il peut apporter à votre corps et sur le rôle qu’il joue dans le sport, consultez l’article complet que nous avons rédigé sur le sujet. Cliquez sur le lien pour le lire.

Utilisations du Cordyceps

Quel est son profil biochimique?

Le conglomérat d’attributs dont Cordyceps se vante, ne peut provenir que d’un ensemble d’ingrédients actifs substantiels dans sa composition chimique.

Prenez note des principaux!

  • Cordycepin (0,28%)
  • D-mannitol ou acide cordyceptique (8%)
  • Superoxyde dismutase, enzyme antioxydante
  • Vitamines B1, B2 et E
  • Bêta-carotène (précurseur de la vitamine A)
  • Ergostérol (précurseur de la vitamine D)
  • Macrominéraux et oligo-éléments tels que zinc, manganèse, sélénium, chrome, phosphore et potassium
  • Polysaccharides fonctionnels tels que les bêta-glucanes (excellents stimulants de l’immunité), les galactomannanes (fibres solubles destinées à retarder l’absorption du glucose et du cholestérol) et les protéoglycanes (modulateurs des signaux générés dans la communication entre la cellule et son environnement)

Une importance particulière doit être accordée à la SOD, enzyme antioxydante superoxyde dismutase, qui exerce deux actions parallèles:

  • Obstacle à la dégradation des lipides intégrateurs des gaines de myéline des neurones
  • Obstacle à la dégradation des gaines de myéline des neurones
  • Inhiber l’activité de la monoamine oxydase, l’enzyme responsable du masquage de certains neurotransmetteurs, ayant une implication clé dans le fonctionnement du système nerveux, comme la sérotonine.

Conséquent avec eux, cette enzyme est une arme pour lutter contre la détérioration des fonctions neurologiques et en faveur de l’humeur.

Y a-t-il des effets secondaires connus?

La première chose que vous devez savoir à cet effet est que Cordyceps est assez bien toléré par l’organisme, donc il n’y a pas d’enregistrement significatif d’effets secondaires, tant qu’il est régulièrement complété dans le régime alimentaire.

En outre, en cas d’incidence, il s’agirait de symptômes légers comprenant diarrhée, nausée et sécheresse de la bouche, qui disparaissent généralement en peu de temps.

Et les contre-indications

Les contre-indications sont une autre affaire. Par exemple, si vous suivez un traitement avec des substances psychotropes, bronchodilatatrices ou anticoagulantes ou si vous prenez de la sérotonine, vous devez consulter votre médecin sur l’opportunité de la prendre avant de commencer une supplémentation en Cordyceps

Il semble également que son principal ingrédient actif, la cordycépine, puisse interférer avec les médicaments antithrombotiques. Si vous en prenez, vous devez donc éviter de prendre des suppléments de champignon tibétain.

Il en va de même dans le domaine des défenses organiques, étant donné qu’il intervient dans le fonctionnement du système immunitaire de manière notable, de sorte que sa supplémentation n’est pas recommandée en cas d’administration de médicaments immunosuppresseurs.

Vous êtes enceinte ou vous allaitez? Dans ce cas, vous devriez également éviter de le consommer, car la prudence le conseille, la sécurité du complément ne pouvant être garantie. Il en va de même pour les enfants de moins de 12 ans.

Comment prendre les capsules de champignons parasites tibétains

La façon habituelle pour vous de bénéficier du répertoire des propriétés de Cordyceps est sous la forme d’un complément alimentaire contenant un extrait de son mycélium.

Extrait de Cordyceps de EssentialSeries

Extrait de Cordyceps de EssentialSeries

La quantité quotidienne recommandée semble être d’environ 0,5-1,5g par jour de l’extrait de mycélium susmentionné.

Nous vous montrons les combinaisons qui fonctionnent le mieux

Comme nous l’avons déjà dit, Cordyceps possède une gamme intéressante de propriétés bénéfiques pour l’organisme, mais qu’en est-il de son utilisation en combinaison synergique avec d’autres substances?

Prenez note des meilleures combinaisons!

  • Avec du Reishi et du ginseng. Dès que vous apprendrez que dans le monde des remèdes naturels, ils ont été baptisés « le trio impérial », vous prendrez conscience de leur puissance synergique en termes de capacité de détoxification, qui est présente dans les trois à grande échelle.
  • Avec du Ginkgo biloba. Vous ne trouverez pas de meilleur allié à déployer avec Cordyceps son effet de ralentissement du vieillissement cellulaire. En outre, tous deux assurent une forte perméabilité à la membrane cellulaire, ce qui est crucial pour la prévention des maladies dégénératives.
  • Avec le miel, qui est également appelé gomme adragante et Cordyceps, ils forment une combinaison exceptionnelle pour le traitement des maladies rénales.
  • Avec du miel de fleur d’acacia. Combiner Cordyceps (de préférence de culture biologique), avec du miel de fleurs d’acacia, pour le concentrer sur la récupération d’énergie dans les situations d’usure.

Trésor tibétain, champignon parasite ou Viagra tibétain. Quel que soit le nom que vous voulez donner à Cordyceps sinensis, l’important est que vous bénéficiez d’un joyau naturel auquel on attribue chaque jour davantage de propriétés thérapeutiques, et enfin à un prix abordable!

Références bibliographiques et études:

    Évaluation du Cordyceps

    Renforcement du système immunitaire - 100%

    Augmentation de la libido - 100%

    Efficacité - 100%

    Combinaisons - 100%

    100%

    Évaluation HSN: 4 /5
    Content Protection by DMCA.com
    Au sujet Alberto Ricón
    Alberto Ricón
    Alberto Ricón est un spécialiste de la nutrition et de l'hygiène alimentaire avec une grande expérience dans ce secteur. Il travaille comme Technicien en Santé Alimentaire dans la Communauté de Castilla La Mancha.
    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.