Diabète : Tout ce que vous Devez Savoir

Diabète : Tout ce que vous Devez Savoir

Le 14 novembre est la Journée internationale du Diabète, l’une des maladies les plus courantes du 21e siècle, dont la cause principale est une mauvaise alimentation.

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète mellitus est un groupe de troubles métaboliques chroniques caractérisés par un élément commun, l’hyperglycémie, résultant d’une modification de la sécrétion et/ou de l’action de l’insuline, qui affecte également le métabolisme du reste des glucides, des lipides et des protéines.

C’est l’une des principales causes de morbi-mortalité dans les sociétés développées ou en développement.

Comme nous le savons tous, les glucides sont transformés dans le corps en glucose, afin d’être assimilés par le corps et utilisés comme énergie.

Mais les personnes atteintes de diabète se caractérisent par leur incapacité à assimiler ce glucose, qui circule dans le sang.

Qu'est-ce que le diabète

Selon la cause, cela indiquera le type de diabète que nous avons.

  • Lorsqu’une personne ingère des glucides lors d’un repas, le corps les métabolise et les transforme en glucose.
  • Ce glucose circule dans le sang.
  • Le corps le détecte en « disant » au pancréas de générer de l’insuline.
  • Disons que l’insuline est la clé qui « ouvre » les cellules pour que le glucose en circulation puisse être capturé dans le sang et donc utilisé comme énergie.

Lorsqu’il y a des problèmes d’assimilation du glucose et qu’il s’accumule dans le sang, on dit que la personne souffre de Diabète Mellitus.

On dit que le diabète signifie «siphon», en raison de la grande quantité d’urine qui se produit (le corps ne peut pas l’assimiler, il doit l’éliminer comme ça) et mellitus qui signifie «miel«, en raison de la douceur de l’urine du patient qui en souffre.

Quelles sont les causes du diabète

Pour qu’une maladie auto-immune se développe, 3 concepts doivent être donnés:

  • Prédisposition génétique: bien que les maladies auto-immunes ne soient pas des maladies génétiques, une prédisposition génétique est nécessaire pour qu’elles se développent.
Cela signifie que certaines combinaisons de gènes entraînent un risque plus élevé de développer une maladie auto-immune que d’autres, mais ce n’est pas parce que vous avez cette prédisposition que vous aurez une maladie auto-immune.
  • Facteur environnemental: pour que cette prédisposition génétique soit activée, il doit y avoir un facteur déclencheur externe qui provoque la réaction auto-immune, comme des infections, des vaccins ou des immunisations, des changements hormonaux, du tabac ou du stress entre autres.
  • Intestin perméable: voici, de mon point de vue, la clé du problème car avoir un intestin perméable ou non dépend, presque exclusivement, de l’alimentation que vous suivez vous-même.

Pensons à la muqueuse de notre tube digestif comme s’il s’agissait d’un réseau de petits trous, qui ne laissent passer que certaines substances, c’est la barrière qui empêche les plus grosses particules qui peuvent endommager notre système.

Maintenant, si nous avons des intestins perméables, une grosse protéine (pas un acide aminé attendu) peut « s’infiltrer » et le système immunitaire va créer des anticorps pour la détruire.

Le problème est qu’en raison d’une prédisposition génétique, notre système peut confondre cette protéine avec des cellules de notre corps (elles ont une composition similaire), donc elle attaque des parties du corps lui-même, dans mon cas aux cellules bêta du pancréas.

Symptômes précédents

Il existe une série « d’avertissements » qui peuvent nous dire que nous sommes diabétiques.

Ceux-ci inclus :

  • Augmentation de la soif.
  • Perte de poids soudaine.
  • Perte de vision.
  • Fatigue et/ou faiblesse.

Symptômes du diabète

Symptômes du diabète.

Je vais vous parler de mon cas : début décembre 2016, j’ai commencé à me sentir plus fatigué que d’habitude.

Bien que ce soit quelque chose que je ne prend jamais vraiment en compte.

Tout dépend de l’intensité avec laquelle je m’entraîne, du repos que j’ai, de la quantité, du moment et de la façon dont je mange et, surtout, du stress au travail que j’ai à ce moment-là, alors je n’accordais pas beaucoup d’importance à cette fatigue chronique bien que ce qui m’ait un peu surpris, c’était mon besoin continu de boire de l’eau.

J’ai passé quelques semaines dans cet état, mais mon besoin de m’hydrater me semblait infini.

J’ai bu environ 7 à 8 litres d’eau par jour, même après les parties de paddle, dans lesquelles je bois généralement un litre d’eau, je pouvais en boire un autre litre et demi à la fois, quelque chose d’inhabituel, et aussi la sensation de soif était constante, même après avoir bu de l’eau.

De boire beaucoup d’eau, c’est devoir uriner souvent, ce qui à la fin du mois de décembre était déjà assez ennuyeux de devoir se lever quatre ou cinq fois tous les soirs pour le faire.

Cela n’a pas éveillé mes soupçons, mais tout a commencé à devenir plus trouble à mesure que je commençais à voir flou à une certaine distance. Ma vision ne s’est focalisée correctement que sur quelques mètres, et des objets plus éloignés ont commencé à se brouiller, ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant.

Les plaques d’immatriculation des voitures sur lesquelles je ne me concentrais pas bien et les lettres des différentes affiches que je rencontrais chaque jour, que j’avais lues à différentes distances jusque-là, étaient presque impossibles à différencier.

Ensuite, j’ai commencé à m’inquiéter de l’ensemble des symptômes et, si cela ne suffisait pas, j’ai subi des infections et des blessures qui ne guérissaient pas aussi rapidement qu’avant.

Agglutinant tous les symptômes, la maladie semblait claire : diabète.

Mais je n’avais jamais entendu parler du diabète LADA : le diabète 1 était diagnostiqué chez les jeunes dans la trentaine et le diabète de type 2 ne me convenait pas du tout.

Comment est-il diagnostiqué ?

Une analyse d’urine peut être suffisante pour diagnostiquer le diabète.

Puisqu’il nous indique si le glucose excrété par l’urine est modifié.

Cependant, la plupart des taux élevés de sucre dans le sang qui accompagnent le diabète sont découverts par hasard lors d’un examen de routine.

  • Si la glycémie est supérieure à 200 mg/dl, le diabète peut être clairement diagnostiqué.
  • Lorsque les valeurs sont supérieures à 100 mg/dl, d’autres tests doivent être effectués avant de diagnostiquer le diabète, en analysant également la façon dont la glycémie est à jeun et deux heures après un repas.
De plus, pour le moment, il suffit de tester les anticorps anti-insuline dans le sang pour rechercher un diabète de type I ou de type II.

Je suis diabétique, et maintenant ?

Mes cellules n’étaient pas résistantes à l’insuline, au contraire, je n’ai pas d’obésité ou d’abus d’une alimentation totalement déséquilibrée ; de plus, de ne pas être sédentaire.

Mais même ainsi, en principe, je pensais que ce serait le diabète de type 2, donc avec tout cela je suis allé en médecine interne dans une clinique privée de Bilbao, pour donner les résultats d’analytique 289 du jeûne glycémie et CRP inférieures à 0,05 (cela indique la production d’insuline par le pancréas).

Avec le diagnostic clair (diabète mellitus de type LADA ou 1,5, qui est le même que le type 1), j’ai été référé de toute urgence à l’endocrinologue où le médecin me mettait au régime, quelques directives et m’expliquerait tout ce dont j’avais besoin de contrôler et de commencer à prétendre que mon pancréas continuait d’exister.

Il m’a fait découvrir le monde du glucomètre (mesure de la glycémie en se piquant le bout des doigts) et m’a donné une insuline lente (16 unités) pour la nuit, juste pour voir comment je réagissais et si j’étais assez habile pour prendre de l’insuline et contrôler ma glycémie.

De plus, elle m’a prescrit un régime avec un ratio de 65% de glucides, 15% de protéines et 10% de matières grasses. Selon elle, nous suivons une alimentation très saine, ce à quoi je n’étais pas d’accord mais pour l’instant j’ai choisi de faire attention.

Le meilleur de tout était que je devais manger du pain, beaucoup de pain, si je ne voulais pas de riz, de pâtes ou de légumineuses, je devais manger une miche de pain pour le déjeuner et une autre pour le dîner. Génial !

Mais la pire nouvelle n’était pas de réaliser que le système endocrinien était ancré dans des régimes « sains » riches en glucides exclusivement, mais que cela m’a enlevé la possibilité de faire du sport parce que j’avais une acidocétose et il était très dangereux de le pratiquer dans cette situation.

Dans ce post, j’explique en détail ce qu’est l’acidocétose, et à ne pas confondre avec la cétose.

Types de diabète

Tout d’abord, pour ceux qui ne le savent pas, le diabète en général, quel que soit votre type, est une condition dans laquelle l’insuline ne peut pas communiquer correctement avec nos cellules.

Compte tenu du type de diabète dont nous souffrons, les raisons pour lesquelles il survient sont clairement différentes :

Diabète de type 1

C’est le système immunitaire lui-même qui est responsable de la destruction des cellules bêta du pancréas responsables de la synthèse de l’insuline.

Plus précisément, les îlots bêta du pancréas (îlots de langerhans) qui sont responsables de la génération d’insuline, sont traités comme « s’ils étaient des intrus », se retrouvant ainsi avec lesdits îlots et arrête de fabriquer de l’insuline.

Entre 5 et 10% des cas sont de ce type et il s’agit d’une maladie auto-immune.

Diabète Type I

Il se manifeste chez les jeunes sujets(moins de 40 ans) et son apparence est généralement abrupte.

Ce type de diabète n’est pas associé à l’obésité, le problème est que le pancréas ne produit pas d’insuline.

Diabète de type 2

Les récepteurs cellulaires deviennent résistants aux effets de l’insuline elle-même.

Il se manifeste à l’âge adulte et est étroitement associé à l’obésité et au surpoids.

Diabète Type II

Représente 85% des diabètes.

Chez ces sujets, il y a production d’insuline, mais elle ne fonctionne pas correctement, dans la plupart des cas parce que les endroits où elle doit agir (récepteurs) n’y sont pas sensibles.

Quelle que soit la raison qui génère l’une ou l’autre maladie, dans les deux cas, le résultat se traduit par une glycémie élevée.

Diabète Mellitus Gestationnel (DMG)

Ce type de diabète, appelé diabète mellitus gestationnel (DMG), est généralement diagnostiqué pour la première fois chez les femmes lorsqu’elles deviennent enceintes.

Les femmes enceintes qui développent le diabète le font parce que leur corps ne peut pas synthétiser ou utiliser l’insuline requise pendant la grossesse.

Le diabète gestationnel se développe généralement à la fin de la grossesse, par conséquent, le bébé est déjà bien formé, même s’il continue de se développer.

Diabète Mellitus Gestationnel

Il disparaît généralement après l’accouchement.

Cependant, les femmes atteintes de diabète mellitus gestationnel doivent réguler leur glycémie pour éviter d’éventuels risques pour le bébé.

Ceci est réalisé grâce à un régime alimentaire approprié, bien que dans de nombreux cas, il soit possible d’avoir besoin d’injections d’insuline ou de médicaments par voie orale.

Comment traiter le diabète ?

Pilules

Le diabète de type 2 peut être traité dans une phase initiale avec des pilules qui aident à capturer l’insuline produite par le pancréas.

Mais comme nous l’avons déjà dit, si vous continuez à avoir de mauvaises habitudes alimentaires à la fin, vous aurez besoin d’une injection d’insuline externe (rapide, lente et/ou mixte).

Insuline injectée

Dans le diabète de type 1, vous ne pouvez pas utiliser de pilule car le problème ne se situe pas dans les cellules mais dans la mesure où il n’y a pas assez d’insuline (ou rien) produite car le producteur en est pratiquement détruit.

Injection d'insuline

Injection d’insuline.

Donc dès le début, il sera nécessaire d’utiliser de l’insuline externe administrée en injections avant la prise de chaque repas glucidique (insuline rapide) et une autre administration d’insuline pour contrôler la glycémie basale (insuline lente).

La règle générale la plus largement utilisée est que pour compenser 10 g de glucides (qu’ils appellent une portion), on utilise une unité d’insuline rapide, mais pour commencer doucement, on m’a prescrit une unité pour 20g.

Glucomètres

Pour connaître la quantité de glucose que nous avons dans notre sang, nous devons nous piquer les doigts et déposer une goutte de sang sur une bandelette de test qui est connectée à un glucomètre.

Il nous indiquera la quantité de glucose que nous avons dans le sang à ce moment (avec un petit% d’erreur) pour être en mesure de la contrôler beaucoup mieux.

Il existe déjà des glucomètres en continu qui sont actuellement subventionnés pour les enfants.

Glucomètre

Il existe à la demande et automatique et de plus en plus de modèles avec des caractéristiques différentes.

C’est une véritable entreprise car, bien que vous n’ayez pas à utiliser de bandelettes de test jetables à chaque ponction, vous devez continuellement changer les capteurs qui collent à la peau.

Pompes et correctifs

Il existe des pompes à insuline configurables par l’utilisateur pour l’activité, au jour le jour, qui apprennent avec vous et qui administrent l’insuline automatiquement, mais elles sont toujours une aide dans l’administration de l’insuline, sinon cette maladie que vous ne pouvez pas oublier un seul jour.

Les correctifs sont un peu plus futuristes et il existe des versions bêta d’entre eux qui, à l’avenir, avec la nanotechnologie nous rendront totalement inoffensifs.

Progrès dans le traitement

Petit à petit, les directives médicales suppriment la peur des graisses, si diabolisée depuis des années, et acceptent les régimes pauvres en glucides avec un meilleur regard.

Ils suivent un régime contenant moins de 30 à 40% de glucides.

Quelque chose d’impensable au cours de la dernière décennie. Mais il y a encore beaucoup de professionnels réticents à changer, comme ce fut le cas avec mon endocrinien.

Tout viendra et, sans aucun doute, les régimes pauvres en glucides seront d’une grande aide pour mieux contrôler la maladie jusqu’à ce qu’un remède soit trouvé.

Le diabète peut-il être guéri ?

Selon le type, notre corps agit d’une manière différente, ce qui l’amène à la rémission ou non :

Le diabète de type I n’est pas réversible

Le système immunitaire crée des anticorps dirigés contre un «intrus» qui, à son tour, détruisent les îlots générateurs d’insuline.

Ces anticorps sont générés à vie, il n’y a donc aucune possibilité de régénérer les îlots.

Lorsqu’il a détruit environ 90%, c’est lorsque la personne commence à voir les symptômes de la maladie présents.

Dès le début, la personne souffrant de ce type de maladie doit utiliser de l’insuline externe injectée dans la peau (elle ne peut pas être administrée par voie orale car la digestion la détruirait), en calculant la quantité exacte nécessaire pour chaque repas. les glucides que vous allez manger.

Le diabète de type 2 peut-il être inversé ?

En fait, il existe d’innombrables exemples et cas de personnes souffrant de diabète de type 2 qui sont entrées en rémission grâce à des régimes pauvres en glucides et à l’augmentation de l’activité quotidienne.

Quand on dit qu’il entre en rémission, il est entendu que la maladie est encore souffert mais aucun médicament n’est nécessaire pour la contrôler, c’est-à-dire que vous êtes une personne en bonne santé tant que vous suivez le bas -un régime glucidique.

Rémission des diabètes

Le problème est que les personnes atteintes de ce type de diabète ont tendance à abuser des glucides dans leur alimentation (en particulier les sucreries, le pain, le riz, les pâtes, les farines, les céréales, les pâtisseries…) et supprimer tous ces produits de votre alimentation est assez complexe dans votre quotidien.

Incréatines

Les incréatines (hormones insulinotropes dérivées de l’intestin) jouent un rôle important dans la régulation de l’équilibre du glucose chez les sujets sains et sont responsables d’une réponse insulinique de 50 à 70% à un aliment.

Il existe deux principaux médiateurs de son rôle :

  1. Polypeptide insulinotrope dépendant du glucose (GIP).
  2. Peptide-1 similaire au Glucagon 1 (GLP – 1).
Chez les patients atteints de diabète de type II, l’effet des incréatines est considérablement altéré.

Incréatines

Par conséquent, le remplacement du GLP-1 et du GIP par une administration exogène est l’un des objectifs de la science.

Par conséquent, il n’est pas surprenant que l’exercice physique associé à l’administration d’increatines (prescription médicale impliquée, bien sûr), s’impose comme l’avenir de ce type de réduction de la maladie et de l’obésité qui peut y être associé.

Régime pour les diabétiques

Le régime le plus pratique sera le régime restreint en glucides (qu’il soit modéré, faible ou cétogène).

Avantages de la réduction des glucides

L’échange de glucides contre des protéines et des graisses, même quand on parle d’échanges isocaloriques, produit :

  • Baisse de la Glycémie post-prandiale (après avoir mangé).
  • Baisse de l’insulinémie.
  • Baisse de la glycémie à jeun.
  • Baisse de la faim.

Augmenter les Protéines et les Fraisses

Mais l’homme ne vit pas uniquement de glucides.

Une fenêtre d’opportunité s’ouvre à d’autres signaux hormonaux de satiété dérivés des PROTÉINES et des GRAISSES, tels que la Cholécystokinine, le GLP1 et le peptide YY.

Pour cette raison, lorsque vous passez à un régime pauvre en glucides, vous avez moins faim. Dans ce post, tout est dit sur ce type de flux.

Une aide : le Jeûne intermittent

Le JI, en améliorant la résistance à l’insuline, améliore également cette situation et réduit la faim à long terme.

Vous vous rassasiez avec moins de nourriture.

Jeûne Intermittent

Cela facilite le maintien du poids perdu et les améliorations métaboliques initiales obtenues.

Par conséquent, une restriction (plus ou moins élevée) en glucides pourrait être une stratégie utile pour maintenir une santé métabolique suffisante afin d’éviter de devenir diabétique de type 2 une fois que vous avez arrêté. Si tel est le cas.

Prévention

Bien qu’il n’existe aucun remède contre le diabète, nous pouvons réduire son incidence en gardant à l’esprit les éléments suivants :

Importance de l’exercice physique

L’effet bénéfique de l’exercice physique est dû au fait qu’il augmente l’absorption cellulaire de glucose et améliore la sensibilité à l’insuline.

Cette action bénéfique se produit principalement dans les cellules musculaires.

L’exercice impliquant des grands groupes musculaires est le moyen le plus approprié d’augmenter l’absorption du glucose.

Dans ce cas, l’entraînement avec des charges (avec des poids) entre en jeu, étant totalement recommandé.

L’avantage de faire du sport est que les cellules n’ont pas besoin d’insuline pour absorber le glucose du sang, le corps « laisse entrer » le glucose car il est plus nécessaire en raison de l’activité physique.

Produits naturels pour le diabète

Dans la médecine traditionnelle, nous pouvons trouver des remèdes naturels pour traiter certaines pathologies.

Parmi ceux-ci, nous pouvons mettre en évidence les herbes suivantes pour le diabète:

Racine de Bardane

La bardane est utilisée depuis des siècles pour traiter un certain nombre de maux.

Elle a traditionnellement été utilisée comme « purificatrice de sang » pour nettoyer le sang des toxines, comme diurétique et comme remède topique pour les problèmes de peau tels que l’eczéma, l’acné et le psoriasis.

La bardane peut également jouer un rôle utile en tant qu’herbe du diabète, en aidant à contrôler la glycémie en raison de la teneur en inuline de la racine, une fibre naturelle.

L’inuline ralentit l’absorption des glucides des aliments ingérés, évitant ainsi les augmentations soudaines de la glycémie après avoir mangé.

Stevia

La stévia provient d’une famille de plantes originaires de pays d’Amérique du Sud comme le Paraguay et le Brésil. Il a également été cultivé en Israël, au Japon, en Corée et en Chine.

Extrait de Stévia HSN

La stévia ne contient ni sucre ni calories, ce qui est un excellent substitut du sucre, et elle est utilisée comme édulcorant naturel pour les personnes atteintes de diabète.

En raison de ses propriétés, la stévia est une herbe pour le diabète, et elle a été étudié comme traitement possible pour cette pathologie.

Dans une revue de recherche, Georgetown University Medical Center a rapporté que la stévia réduit considérablement la réponse glycémique aux repas. Le centre a également signalé que la stévia montre une amélioration de la pression artérielle.

Si vous souhaitez approfondir sur la Stévia et son potentiel antidiabétique, visitez ce lien.

Aloe Vera

L’aloe vera est utilisée depuis des siècles pour ses propriétés curatives.

Plus particulièrement, le plante d'aloe vera a été utilisée pour le soin de la peau, mais ses avantages ne s’arrêtent pas là.

Elle a également été utilisé avec succès pour traiter la constipation et contrôler la glycémie.

L’utilisation de l’aloe vera dans le diabète remonte à la péninsule arabique, où il était utilisé comme remède traditionnel contre le diabète.

Gymnema Silvestre

Le gymnema est un arbuste originaire d’Inde et d’Afrique. Les feuilles sont utilisées à des fins médicinales. Gymnema a une longue histoire d’utilisation en médecine ayurvédique indienne pour traiter le diabète, le syndrome métabolique, la perte de poids et la toux.

Le nom hindou, gurmar, signifie « destructeur de sucre ».

Aujourd’hui, la recherche confirme que la feuille de gymnema sauvage contient de l’acide gymnémique pour aider à contrôler la glycémie.

Les preuves scientifiques suggèrent que Gymnema Sylvestre peut augmenter la fonction du pancréas, ce qui peut à son tour avoir un impact sur la production d’insuline et de sucre dans le sang. Cette capacité est prometteuse pour la gestion d’un certain nombre de conditions telles que le diabète et l’hypoglycémie.

Thé vert

Il a été étudié la possible efficacité des composés du thé vert (EGCG) peut améliorer le métabolisme du glucose en augmentant la sensibilité à l’insuline et améliorant ainsi le métabolisme du glucose, en plus d’améliorer la fonction rénale et de réduire la détérioration des cellules du pancréas qui produisent de l’insuline.

Extrait de Thé Vert de HSN

Thé Vert en Poudre de EssentialSeries.

Melon amer (Momordica charantia)

Le melon amer fait partie de la famille des cucurbitacées et fait partie du groupe des herbes pour le diabète.

Ces propriétés sont données par la présence de substances telles que les principes actifs : polypeptide P, charantine et vicine.

Ce sont les composants spécifiques qui aident à contrôler la glycémie.

Le polypeptide-P semble produire des effets similaires à ceux de l’insuline, et cela, associé à la charantine et à la vicine, entraîne une baisse du taux de sucre dans le sang, en raison de améliorer la sensibilité à l’insuline, c’est-à-dire de la prise de glucose par la synthèse tissulaire, hépatique et musculaire du glycogène, associée à l’inhibition des enzymes impliquées dans la production de glucose.

Konjac

C’est une plante du genre Amorphophallus, originaire d’Asie du Sud-Est, du Japon et de la Chine au sud de l’Indonésie. Contient du glucomannane et du mucilage.

Le glucomannane est vendu en complément et est une fibre soluble qui a un effet séquestrant (il forme un gel visqueux qui retarde l’absorption des lipides et des glucides), un effet volumateur (il augmente le remplissage de l’estomac et prolonge la sensation de satiété).

Glucomannane en Poudre de HSN

Glucomannane en Poudre de RawSeries.

Les mucilages lui donnent une action laxative et adoucissante ; indiqué comme adjuvant dans le traitement du surpoids, de l’hyperglycémie, de l’hyperlipémie.

Conseils pour les diabétiques

Perte de graisse

Par le biais du déficit énergétique, de certaines des manières suivantes :

  • Réduire l’apport calorique total : le « régime » traditionnel : mangez toujours moins
  • Réduire l’absorption d’énergie : au fil des années, des médicaments comme le célèbre Orlistat ont vu le jour, ce qui réduit l’absorption des graisses dans le tube digestif. Les effets secondaires de ces médicaments sentent souvent assez mauvais.
  • Réduire l’appétit : nous avons de nombreuses stratégies pour y parvenir: faites un jeûne intermittent, augmentez la quantité de protéines, utilisez un analogue du GLP-1 (Saxenda, Ozempic, Trulicity).
  • Perte d’énergie : il existe des médicaments indiqués chez les patients diabétiques, appelés glyphosines, qui provoquent une perte urinaire de glucose.
  • Augmenter la dépense énergétique quotidienne totale et améliorer le métabolisme : exercice en général et exercice de force en particulier.

Musculation

La musculation sera essentielle.

Nous vous disons tout ce dont vous avez besoin pour commencer la musculation. Visitez cet article.

Contrôle de la glycémie

Le taux de glucose dans le sang reflète comment le sucre est métabolisé par l’organisme.

Pour cette raison, pour que ces niveaux restent équilibrés, il est nécessaire :

  • Suivez une alimentation saine ;
  • Faites de l’exercice physique ;
  • Prenez les médicaments correspondant au traitement du diabète, prescrits par le médecin.

Diète pauvre en glucides

Régime faible en glucides.

L’état des pieds doit être analysé, car une glycémie élevée, typique du diabète, se manifeste particulièrement dans cette zone du corps.

Plus d’informations pour les patients souffrant de diabète

Pour savoir ce qui est bon pour prévenir le diabète et ce qui peut déclencher un déséquilibre, aggraver le diabète et nuire à leur santé.

Aujourd’hui, les gens disposent de suffisamment d’informations pour prévenir et traiter les symptômes du diabète.

Méfiez-vous des médicaments

Parfois, lorsque vous êtes diabétique, prendre une dose trop élevée de médicaments ou suivre un régime alimentaire excessivement radical peut provoquer une hypoglycémie chez les personnes atteintes de diabète.

Cette hypoglycémie doit être traitée par une administration immédiate de glucose.

L’avenir du diabète

Nous sommes dans une période de changements et d’évolution constants dans le contrôle, le traitement et la prévention du diabète.

Les nouvelles technologies de l’information facilitent l’apprentissage des personnes atteintes de diabète, contribuant ainsi à faciliter l’observance du traitement et à améliorer leur qualité de vie.

Il existe de nombreuses applications mobiles pour améliorer le contrôle du diabète, une alimentation saine et le contrôle de l’activité physique.

Avenir du diabète

Ainsi que des réseaux sociaux spécialisés permettant aux patients et aux professionnels de partager leurs expériences, leurs informations et leurs recherches

En outre, les progrès de la médecine, de la nanotechnologie et du génie génétique prévoient des changements à moyen/long terme pour les personnes atteintes de diabète, liés au traitement, à la détection précoce ou au contrôle de la maladie.

Entrées associées

  • Connaissez-vous les meilleurs suppléments pour les diabétiques ? Nous vous laissons notre liste.
  • Améliorez au maximum votre système immunitaire avec le Protocole Auto-immune : nous vous expliquons comment faire.
  • Quelle est la relation entre coronavirus, diabète et hypertension ? Faites clic ici.
Évaluation Diabète

Qu'est que c'est - 100%

Types - 100%

Traitement - 100%

Conseils - 100%

100%

Évaluation HSN: 5 /5
Content Protection by DMCA.com
Au sujet David Diaz Gil
David Diaz Gil
David Diaz Gil a de grands articles, où il dépose l'essence de l'expérience ainsi que la rigueur scientifique.
Voir Aussi
Aliments Sains pour Augmenter votre Énergie
Aliments Sains pour Augmenter votre Énergie

Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons vous montrer des aliments pour augmenter l’énergie ainsi que quelques …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *